Saint-Vulfran (Baie de Somme) >

Saint Vulfran

Version mobile
English

Saint Vulfran

Nous sommes face au buste reliquaire de Saint Vulfran exposé sur le portail sud, à droite du choeur...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Saint Vulfran
Nous sommes face au buste reliquaire de Saint Vulfran exposé sur le portail sud, à droite du choeur...
Un monstre lézard a longtemps hanté la collégiale !
Rire Sardonique
Tais-toi vilain lézard ! Jean-Marie François, conteur picard, veut prendre la parole
On racontait qu'autour de Saint Vulfran, on voyait chaque matin une espèce de bétail avec une longue queue, des mâchoires mauvaises, une langue fourchue qui dérobait un morceau de viande fraîche à l'étal des bouchers. Ça ne pouvait pas durer ; il fallait s'en débarrasser ! Et on s'est aperçu que la nuit, le bétail pénétrait dans la collégiale et qu'il lapait l'eau des bénitiers. Sacrilège !
Tous les Abbevillois se ruèrent à Saint Vulfran pour en finir avec le monstre. (ton horrifié) Et qu'est ce qu'ils virent sous une dalle ?...
Sous la dalle, serrés l'un contre l'autre, le bétail, le lézard endormi et à côté son compagnon, le crapaud. Un crapaud gros comme une vache, laid comme un pou craqué qui leva les yeux et vit ses assaillants. Et qui se mit à enfler de peur, et il enfla tellement, il grossit son ventre tellement fort que le ventre explosa dans un bruit infernal et une fumée qui sentait le soufre. Le lézard n'eut même pas le temps de se réveiller, lui, on l'avait occis, éviscéré, empaillé et accroché à une paroi de la nef de Saint Vulfran !
On raconte que le monstre lézard est resté suspendu jusqu'aux raids de 1940 où les bombes le pulvérisèrent... à tout jamais !
Regardons à présent le reliquaire de Saint Vulfran...
Au coeur du 11e siècle, le comté de Ponthieu, dont fait partie Abbeville, fait transférer une partie des reliques de Saint Vulfran de l'abbaye de Fontenelle vers la collégiale.
Savez-vous que le roi Louis 13, de passage ici, emportera avec lui un morceau du radius de Saint Vulfran ? Afin d'avoir toujours une bonne santé ?... Lynda Frenois nous en dit plus sur le rôle des reliques
Alors, à l'origine, les reliques étaient placées dans des autels. Mais au début de l'âge gothique, au 12e siècle, sont créés les bustes reliquaires représentant le visage du saint pour permettre la prière devant les reliques. Alors, leurs ossements étaient placés dans de petites capsules placées soit sur le torse, soit sur la tête du saint ou dans le socle qui le soutient. Cette tradition s'estompe au 17e siècle pour faire place à des effigies du saint en pieds.
Le 20 mai 1940, les bombardements détruisent le maître-autel et le reliquaire. Observez la niche noircie pas les flammes au-dessus du buste...
Cette niche du début du 18ème siècle montrait à l'origine l'Assomption, c'est-à-dire la Vierge qui monte au ciel. Ses sculptures étaient en stuc, un enduit naturel réalisé à base de chaux. Ce procédé permet de reconstituer des scènes allégoriques en relief. Une véritable théâtralisation en 3D qui à l'époque, donne l'impression de flotter avec Marie dans les cieux !
Après le bombardement de 1940, la collégiale est si endommagée que le maire de l'époque se demande s'il ne faut pas la détruire. Pour notre plus grand bonheur, il n'en fit rien !
Le buste reliquaire est la dernière étape de notre parcours découverte de la collégiale Saint Vulfran débuté avec son architecture monumentale. Vous vous souvenez des arcades avec les trilobes ?... Pour tout renseignement sur la collégiale, adressez-vous à l'Office de Tourisme d'Abbeville. Nous vous souhaitons un très agréable séjour. ? bientôt.
Retour haut de page