Saint-Vulfran (Baie de Somme) >

Les vitraux de William Einstein

Version mobile
English

Les vitraux de William Einstein

Nous sommes entre les colonnes face au choeur.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Les vitraux de William Einstein
Nous sommes entre les colonnes face au choeur.
Observons les 6 vitraux contemporains face à nous. Mais tout d'abord, faisons connaissance avec leur créateur : William Einstein...
? l'aube du 20e siècle, en 1907, William Einstein naît dans le Missouri. La vocation de peintre s'empare très vite de lui, et il vient parfaire son talent à Paris, à la fin des années 1920.
C'est le fabuleux temps du Montparnasse ! Le jeune Américain côtoie alors les plus grands artistes : Mondrian, Delaunay ou encore Duchamp.
Puis, vient le temps des voyages à travers le monde : les France, l'France, la Hollande, le France, la Russie et... la France. Et plus précisément la Picardie, la terre natale de son épouse, Josiane. ? partir de 1960, William Einstein adopte une vie sédentaire, et réalise 20 vitraux pour la collégiale de Saint Vulfran en 1963. Il s'éteint en 1972.
Philippe Duclercq, ex-Président de la Chambre de Commerce d'Abbeville et de la Chambre régionale de Picardie, a connu l'artiste et se passionne pour son oeuvre. Il décrit de gauche à droite les 6 vitraux devant nous
Les 6 vitraux représentent la création du monde et l'épopée humaine. D'abord, à gauche, le Saint Esprit avec en dessous le paysan. Au centre Dieu le père avec l'homme et la femme. Et à droite, le fils assis à la droite du père. Et en dessous, l'ouvrier. Si bien que dans la partie haute, on se trouve dans le monde divin. Et correspondant plus bas, on trouve le monde de l'humanité. (...) William Einstein a longtemps mûri ce thème, pétri qu'il était de bible et d'évangile !
Les deux tableaux sur notre gauche et notre droite font partie des 14 toiles du chemin de croix peintes aussi par William Einstein. Philippe Duclercq se souvient de l'artiste au travail
J'ai eu la chance de le voir quelquefois travailler, et d'apprécier la puissance physique qui était la sienne. Il la mettait dans l'oeuvre sur les toiles parce qu'il avait une puissance aussi dans la recherche, les matériaux qu'il voulait utiliser, dans l'utilisation même de ses pinceaux. Il y avait chez lui un combat entre le goût qu'il avait pour l'abstraction et le goût aussi pour un certain art figuratif. Et il la cherchait aussi par la provocation des couleurs comme le rouge, sans doute inspiré par son ami Soutine.
Laissons-nous envahir par la force contemporaine de ces vitraux qui se fondent dans l'architecture gothique. Les mots de William Einstein accompagnent notre rêverie
William Einstein : Je définis ma peinture, non par rapport à moi-même, mais par rapport à ce que je peux penser de l'art... Elle n'est ni l'affirmation de l'intérieur, ni la négation de l'extérieur... Ce qui apparaît ne veut pas être imposé en tant que tel, elle ne veut être que l'affirmation du possible et voudrait provoquer parallèlement en celui qui la regarde d'autres actions.
Lorsque la pénombre arrive, l'intérieur de la collégiale Saint Vulfran s'habille de lumière grâce au scénographe Arnaud Thibault. Un spectacle à ne pas manquer !
Dirigeons-nous maintenant vers la chapelle Sainte Anne où il sera question de conservation des oeuvres d'art, mais aussi de leur restauration ! Merci de continuer votre visite.
Retour haut de page