Saint-Vulfran (Baie de Somme) >

La chapelle Sainte Anne

Version mobile
English

La chapelle Sainte Anne

Nous sommes entre les grilles d'entrée de la chapelle Sainte Anne. Observons le retable doré ...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La chapelle Sainte Anne
Nous sommes entre les grilles d'entrée de la chapelle Sainte Anne. Observons le retable doré ...
Ce retable du 16e siècle raconte 3 scènes de la vie de la Vierge. Il n'est pas en pierre, mais en bois peint.
Vous voyez le poster en son centre ?... Il remplace le triptyque original. Lynda Frenois nous explique pourquoi
Parce que ce triptyque de la vie de la Vierge ne peut être exposé de façon permanente pour des questions de conservation car, aujourd'hui, nous ne pouvons garantir une stabilité de l'humidité et de la température dans ce monument historique.
Alors, cette oeuvre est en bois. Le bois est un matériau igroscopique. Au même titre qu'une feuille de papier qui absorbe et désorbe l'humidité. Donc, sur ce retable, cela crée des fissures, des décollements de peinture qui entraînent des pertes de couches picturales irrémédiables.
Pour offrir une sécurité optimale à cette oeuvre, le triptyque du retable est aujourd'hui exposé au Musée Boucher-de-Perthes d'Abbeville.
Regardez sa partie centrale. Vous avez vu comme chaque meuble est représenté avec un sens du détail inouï ?... Mais écoutons plutôt Lynda Frenois
La théâtralisation de la vie de la Vierge, dans ce retable, prouve qu'il s'agit bien d'une oeuvre réalisée à l'époque du gothique flamboyant. Alors dans la partie centrale du retable, nous voyons avec précision l'ameublement de la chambre de la vierge, le lit à baldaquin, la cheminée, le paravent au sol et même au centre de la pièce, entre l'archange Gabriel et la Vierge, la chaise curule typique du Moyen Age. Alors, si la perspective et l'agencement restent maladroits, l'ensemble est toutefois cohérent et sensible.
Après la conservation des oeuvres, passons à leur restauration ! Pour cela, tournons-nous à gauche vers la statue de Saint Jean Baptiste. Elle date du 16ème siècle
Montée sur un piédestal le long de la colonne face à nous. Elle semble flotter dans les airs. Regardez bien l'une de ses mains. Vous ne trouvez pas qu'elle ressemble à une prothèse ?... Une anomalie ?
Nous nous trouvons ici devant une oeuvre qui a subi une restauration maladroite dans les années 1960. La main gauche manquante de Saint Jean Baptiste a été entièrement reconstituée sans se soucier vraiment des proportions du corps, ni de la minutie du travail de l'artiste d'origine : la musculature saillante des jambes, le torse creusé, l'ondulation des cheveux ou encore les poils de la barbe. Alors, ce personnage semble vivant à l'exception de ce rajout massif et maladroit représentant la main de Saint Jean tenant la bible et l'agneau pascal, symbole du Christ.
Autrefois, Saint Jean Baptiste était peint. Des traces de jaune et de rouge sont encore discernables de nos jours. En vous rapprochant, vous verrez combien cette statue semble... " respirer " !
Dirigeons-nous maintenant vers le " bétail lézard ", un monstre qui hanta fort longtemps la collégiale Saint Vulfran ! Merci de continuer votre visite.
Retour haut de page