Saint-Sépulcre (Baie de Somme) >

L'ombre de la Croix

Version mobile
English

L'ombre de la Croix

Nous sommes au centre de la nef.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'ombre de la Croix
Nous sommes au centre de la nef. Dos au choeur, nous découvrons le vitrail isolé en hauteur...
Ce vitrail évoque la mort du Christ. Observez le mouvement descendant de ses lignes et aussi les couleurs qui s'éclaircissent vers le bas. Cette oeuvre fait face aux vitraux du choeur L'hymne à la joie qui, eux, s'élancent dans un mouvement ascensionnel avec des tons qui s'éclaircissent au sommet. L'artiste explique avec sa foi ce " bas vers le haut ", cette courbe optimiste
C'est ce que j'aimerais faire ressentir par ma peinture. C'est que la passion du Christ est comme en filigrane derrière les événements. Lorsqu'une chose dramatique se passe, moi, personnellement, j'essaie d'y voir une lumière d'espérance. C'est la seule façon de ne pas tomber dans le désespoir absolu.
Alfred Manessier a une trentaine d'année quand il devient croyant. Avoir la foi transforme toute son existence.
Sa fille, Christine Manessier nous raconte
Le 16 septembre 1943, mon père accompagne en curieux un ami, l'écrivain Camille Bourniquel, venu faire une retraite à la Trappe qui se trouve à quelques kilomètres d'une petite maison que mes parents avaient pendant la guerre (...) Il est parti en curieux, et il est revenu avec la foi. Et cet événement l'a bouleversé sur tous les plans, et même sur le plan de la peinture. Tout à coup, il était à l'époque encore un peu figuratif, et il a senti, pour traduire son monde intérieur, que la seule voie possible était la non figuration.
Jean François Cocquet apporte son regard d'expert sur ce vitrail : " l'ombre de la croix "
Ce n'est pas la croix qui est représentée ici, mais l'ombre de la croix puisqu'elle se détache sur un fond très clair. Manessier utilise la structure de la fenêtre pour accrocher des rouges sanglants opposés à leurs complémentaires bleus. Tout au sommet de la fenêtre, peut-être peut-on observer une allusion à la mosaïque byzantine, tant il est vrai que l'art de Manessier est un art oecuménique. D'ailleurs, je l'ai entendu dire : " Cette église est ouverte à tous ceux qui s'aiment. " !
Partons maintenant vers les vitraux " Stabat Mater " et " Gethsémanie ", deux oeuvres jumelles qui ont le blues ! Merci de continuer votre visite.
Retour haut de page