Saint-Riquier (Baie de Somme) >

Nithard et l'abbaye

Version mobile
English

Nithard et l'abbaye

Nous sommes assis sur le banc à droite de la façade de l'abbaye de Saint-Riquier...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nithard et l'abbaye
Nous sommes assis sur le banc à droite de la façade de l'abbaye de Saint-Riquier...
Le moine Hariulfe, célèbre chroniqueur du 11e siècle dont les textes ont été conservés au fil des siècles, écrit dans la nuit à la lumière d'une bougie
Hariulfe : Charlemagne, en passant à Saint-Riquier, l'antique Centule, est ébloui par la magnificence du monastère. Il décide de mettre à sa tête son confident : Angilbert, qui entretient une liaison amoureuse avec la seconde fille de l'empereur. Angilbert engendre deux enfants dont Nithard, un historien de haute stature. En 814, Charlemagne s'éteint et Angilbert le suit dans la mort quelques jours plus tard. Il est enterré sous une dalle du parvis carolingien de Saint-Riquier. Sa dépouille peut ainsi " être foulée par les fidèles " selon ses dernières volontés. 27 ans plus tard, la sépulture d'Angilbert est transférée dans le choeur actuel de l'abbaye. Puis, c'est au tour de Nithard de partir pour l'autre monde. Lors d'un combat contre les Aquitains, il est blessé à la tête. Son crâne fendu, il décède sur le coup. Sa dépouille vient rejoindre celle de son père Angilbert à Saint-Riquier...
Mais cette histoire ne s'arrête pas là comme nous le raconte Michel Martin, guide à l'Hôtel Dieu de Saint-Riquier
En 1989, le professeur Honoré Bernard, maître de conférence ayant lu partiellement les écrits d'Hariulfe, a demandé l'autorisation de venir ouvrir un chantier de fouilles sur le site. Et à l'endroit précis cité par le moine du 11e siècle, et bien ils mirent à jour un sarcophage carolingien. Du sarcophage, ils dégagèrent 3 corps dont 2 de sexe masculin et un de très grande taille qui pouvait être le corps présumé de Nithard.
Dans un coin du sarcophage, le professeur Bernard découvrit un amoncellement d'os crâniens très, très compacté. Celui-ci avait remarqué que tout autour subsistaient des fragments de cuir, de fibre de cuir.
Quelque temps plus tard, le laboratoire rend ses analyses chimiques. Il indique que le plus grand squelette montre un taux de sodium plus élevé que ses voisins. Alors le professeur Bernard part à la recherche des écrits du moine Hariulfe, se plonge dans les chroniques, et que lit-il ?...
Hariulfe : Nithard était allongé dans son sarcophage de pierre, sanglé sur une litière en cuir comme l'était jadis les personnages de haut rang. Et pour la bonne conservation du corps, celui-ci était recouvert de blocs de sel !
Et c'est ainsi que la science corrobore l'histoire ! Quant aux deux corps inconnus découverts près de Nithard, ils ne reposaient pas dans la même sépulture, mais avec le poids des ans, les cloisons des sarcophages avaient cédé !
Une conclusion empruntée à Jean de la Fontaine s'impose : Le trépas vient tout guérir, mais ne bougeons pas d'où nous sommes !
Partons maintenant en direction de la maison de... Napoléon ! Merci de continuer votre visite. ? bientôt.
Retour haut de page