Saint-Riquier (Baie de Somme) >

Le beffroi de Saint-Riquier

Version mobile
English

Le beffroi de Saint-Riquier

Nous sommes devant l'entrée de la trésorerie et regardons la tour du beffroi...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le beffroi
Nous sommes face à la petite porte du beffroi...
Le beffroi de Saint-Riquier mesure 18 mètres de haut et presque 10 mètres de large. Cette tour est évoquée par Martine Dillies-Snaet dans son recueil Beffrois, Racines de pierres
Voix féminine : Quand je suis née, je n'étais qu'une petite tour grise, effacée. Je regardais, j'écoutais
En eût-elle 100 ou 20 ou bien même qu'une seule
Quand je suis apparue, cette ville m'a gardée.
Je suis restée la tour, le beffroi de Saint-Riquier !
Philippe Bucamp, retraité et "passeur d'histoire" comme il aime à se présenter, nous en dit plus sur la naissance de la tour
Ce beffroi symbolise l'affranchissement municipal de la commune de Saint-Riquier. Tout commence avec le Louis 6 le Gros, roi de France qui a des problèmes. Il doit affronter une fronde des seigneurs de son royaume et pour cela, il a besoin d'appui. Il se rapproche des communes, favorise leur affranchissement. Pour cela, il convainc l'abbé de Saint-Riquier : Enchère - ça ne s'invente pas ! - Enchère de la Ferté, d'octroyer aux bourgeois de la ville une charte de liberté. Cela se passe en 1126. C'est l'une des premières chartes communales de France. Et dès qu'ils sont pourvus de cette nouvelle autorité, les bourgeois se dépêchent de construire leur beffroi.
Au Moyen Age, le beffroi est d'abord situé près de l'abbaye dans un quartier composé de ruelles étroites, mais ce symbole communal fait de l'ombre aux religieux.
Ceux-ci lui accordent donc un nouvel emplacement, et le beffroi que nous voyons aujourd'hui est construit en 1283. Philippe Bucamp évoque ses matériaux
Les soubassements du beffroi sont bâtis en grès. Pierre solide qui empêche les remontées de l'humidité dans la tour et supporte le poids de cet édifice. Le calcaire fait le principal de la tour elle-même. Et de-ci delà, on trouve quelques réparations en briques, pierres tendres....
Regardons la petite porte. Autrefois, c'était là l'entrée du beffroi
Au départ, le beffroi a 3 niveaux. Le plus bas abrite 2 prisons superposées dont une oubliette, un cul-de-basse-fosse.
Levons les yeux vers les deux étages...
Les salles des étages servaient à recueillir les archives de la ville. Au 15e siècle, le beffroi est " ruiné " par la vengeance de Louis 11 qui reproche à la commune d'avoir soutenu son ennemi juré, Charles le Téméraire. Ruiné veut dire ici détruit partiellement, par saccage et incendie. La commune subit le même sort. En 1521, le beffroi est reconstruit par un don du futur Charles 10. ? la Révolution française, le beffroi deviendra hôtel de ville.
Regardons le toit
La cloche principale prévenait d'un danger. C'est pour cette raison qu'on l'appelait " l'effroi ". 2 plus petites cloches annonçaient les fêtes rituelles et les réunions municipales. Et le campanile que vous voyez aussi et les 4 tours d'angle furent rajoutés au 17e siècle.
Et la tour qui ne cesse de se souvenir :
En eût-elle 100 ou 20 ou bien même qu'une seule
Quand je suis apparue, cette ville m'a gardée.
Je suis restée la tour, le beffroi de Saint-Riquier !
Restons sur la place du beffroi pour écouter le prochain commentaire où les façades des belles demeures du 18e siècle vont décliner l'identité de leurs propriétaires ! Merci de continuer votre visite.
Retour haut de page