Saint-Riquier (Baie de Somme) >

La Tour Margot

Version mobile
English

La Tour Margot

Nous sommes sur le sentier face à la Tour Margot...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
la Tour Margot
Nous sommes sur le sentier face à la Tour Margot...
La tour devant vous n'a jamais appartenu, ni même accueilli Marguerite de Valois, la célèbre Reine Margot incarnée au cinéma par Jeanne Moreau et Isabelle Adjani. Non, cette tour doit son nom à une certaine Marguerite Dufour. Peut-être cette Margot-là fut-elle propriétaire ou voisine du monument ? Mystère...
Regardons en bas du fossé face à nous...
Vous voyez la fourche que forment les sentiers ?... Elle indique la délimitation des remparts de la ville. Au pied de la Tour Margot, les murs d'enceinte extérieurs et intérieurs se rejoignaient juste ici.
Et tout près de ces murailles, on donnait... la justice " aux femmes " ! Philippe Bucamp nous en dit plus sur ces pratiques pour le moins radicales
Au Moyen Age, Saint-Riquier est gouverné par 3 pouvoirs : celui des abbés, le premier, celui des seigneurs et celui des bourgeois. Les bourgeois donc revendiquaient le droit de justice. Et ils avaient dans la ville, 2 lieux pour rendre la justice.
Non loin de là, derrière nous, se donnait la justice " aux femmes ". On les ardoyait, c'est-à-dire on les brûlait, sinon on les enterrait vives. Plus haut, dans le nord de la cité, près de la porte peinte, était la justice " aux hommes ". On les pendait haut et court en laissant leurs corps accrochés. Cela devait dissuader les malveillants.
Vous avez entendu ?... Si vous vous aventurez dans les rues de Saint-Riquier la nuit de pleine lune, peut-être croiserez-vous l'esprit d'un loup errant !
Voix conteur : au 13e siècle, des seigneurs ne cessaient de se faire la guerre d'une façon impitoyable. Parmi eux, Hugues de Camp d'Aveine qui arborait sur ses armoiries... un champs d'avoine ! Hugues avait pour ennemis les seigneurs de Boulogne : les Calotins. Lors d'une longue et terrible bataille, les Calotins vinrent se réfugier à Saint-Riquier. Hugues, fou de rage, punit la ville, incendia l'abbaye et passa tous les Centulois au fil de l'épée. Le pape furieux demanda au Seigneur de Camp d'Aveine de fonder un monastère pour expier ses crimes. Hugues s'exécuta, mais son âme était si noire de fautes qu'à l'heure de sa mort, Dieu le chassa du paradis ! Et depuis, son esprit damné est condamné à errer dans les rues de Saint-Riquier. Les nuits de pleine lune, Hugues de Camp d'Aveine hurle à la mort tel un loup errant, mais à chaque fois, ses plaintes sont étouffées par le chant des chantereines, c'est-à-dire... des grenouilles !
Il reste encore une tour à découvrir à Saint-Riquier. C'est la tour Saint-Jean. Ce charmant bâtiment purement décoratif date du 17e siècle. Descendez à sa recherche. Ainsi, de tour en tour, vous aurez fait le tour de Saint-Riquier !
La Tour Margot est la dernière étape de notre parcours découverte de Saint-Riquier commencé au pied du beffroi édifié pour rappeler l'affranchissement de la commune. Vous vous souvenez ?... Pour tout renseignement sur Saint-Riquier qui vous réserve encore 1000 surprises patrimoniales, adressez-vous à l'Office de Tourisme. Nous vous souhaitons un très agréable séjour. ? bientôt.
Retour haut de page