Saint-Riquier (Baie de Somme) >

L'Hôtel Dieu de St-Riquier

Version mobile
English

L'Hôtel Dieu de St-Riquier

Nous sommes sur le trottoir face à l'entrée de l'Hôtel Dieu...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'Hôtel Dieu
Nous sommes sur le trottoir face à l'entrée de l'Hôtel Dieu...
Depuis sa construction, le bâtiment de l'Hôtel Dieu n'a qu'une vocation : celle de guérir !
1199 : La congrégation des Augustines du Précieux Sang succède aux hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem. Par la suite, elles prendront en charge la léproserie encore appelée la maladrerie !?
28 religieuses vivent désormais à l'Hôtel Dieu qui abrite 18 lits de malade. ? la Révolution française, les soeurs peuvent continuer leur mission, mais sous serment républicain !
L'Hôtel Dieu devient un hôpital de 70 lits jusqu'au temps des guerres impériales. Les grands blessés sont alors accueillis en urgence !
? tout mal, sa panacée ! Michel Martin, le guide de l'Hôtel Dieu, connaît certains remèdes de la soeur apothicaire. Remèdes catholiques, mais peu orthodoxes comme... les électuaires !
La soeur apothicaire a le secret des compositions à base de plantes médicinales, soit sèches, soit fraîches, soit en coction, en apport de pâte molle, mais aussi pulvérisées. Les électuaires soignent les " humeurs du cerveau ". Les plantes opiacées sont déjà utilisées au 12e siècle !
? présent, l'alchimie !
La soeur se sert aussi de produits beaucoup plus exotiques : de la bave de crapaud, de la vipère séchée, des yeux d'écrevisses, de la poudre de cloporte. Et la pilule catholique : un composé d'aloès et de coloquintes qui possède un pouvoir purgatif drastique !
Et au Moyen Age, on pratique déjà la liposuccion. Eh, oui !
On retire de la graisse des personnes bien portantes pour en faire des pommades. Mais les pilules - parlons en des pilules ! - et bien voyez-vous, elles étaient fabriquées à la main. Et pour les nantis, suite à leur demande, on pouvait recouvrir cette petite pilule d'une mince feuille d'argent, voire d'une feuille en or. Alors, ce n'était pas curatif, n'est-ce pas ?... D'où l'expression : se faire dorer la pilule, c'est-à-dire " se faire avoir " !
Après 8 siècles de présence, les Augustines quittent l'Hôtel Dieu dans les années 1960. Aujourd'hui, cet endroit est devenu une maison de retraite médicalisée et aussi un lieu touristique. N'hésitez pas à découvrir son cloître, sa chapelle, l'apothicairerie et la chambre des malades !
Continuons à monter vers la porte Haimont où Becquestoile et Bellegueule, les deux femmes les plus courageuses de Saint-Riquier, vont sauver la cité ! Merci de continuer votre visite. ? bientôt.
Retour haut de page