Saint-Riquier (Baie de Somme) >

L'historique de l'abbaye de St Riquier

Version mobile
English

L'historique de l'abbaye de St Riquier

Nous sommes devant la façade de l'abbaye de Saint-Riquier...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'historique de l'abbaye
Nous sommes devant la façade de l'abbaye de Saint-Riquier...
L'histoire de cette abbaye s'étend sur plusieurs siècles, mais revenons sur certains de ses bâtisseurs mémorables
En 590, Saint-Riquier est une cité mérovingienne. On l'appelle alors Centule. Et un beau jour...
Voix masculine : Deux étranges moines débarquèrent pour évangéliser la région. Ces hommes de foi s'adonnaient à la scarification, à la mortification, à la flagellation et à la bastonnade. Effrayés, car attachés à leurs rites payens, les villageois les repoussèrent, mais Ricarius, gros propriétaire local et fils légendaire du roi de Cambrai, les prit sous son aile et ne tarda pas à se convertir. Et c'est ainsi que ce prince, le futur Saint-Riquier, partit évangéliser l'Angleterre.
Lorsqu'il revint à Centule, il fonda la première communauté, prémisse du monastère. Ricarius mourut en ermite et son église recueillit ses reliques.
Et pendant bien longtemps, on raconta que lorsqu'il neigeait, la tombe de Ricarius, elle, était toujours épargnée !
En l'an 800, l'empereur Charlemagne joue aussi un rôle important dans l'histoire de l'abbaye. Écoutons la voix inoubliable de Michel Martin, guide passionné à l'Hôtel Dieu de Saint-Riquier
Charlemagne met son confident Angilbert à la tête du monastère. Celui-ci aura d'ailleurs une liaison amoureuse avec Berthe, la seconde fille de l'empereur. Charlemagne et Angilbert vont réellement contribuer au rayonnement de l'abbaye où vivent une centaine de moines. L'abbaye abrite aussi une école. Vous souvenez de la chanson ?...
quelques notes de Sacré Charlemagne
Et bien les Centulois, un brin chauvins, prétendent que Charlemagne a inventé et expérimenté l'école à Saint-Riquier car l'empereur confiait les enfants de sa cour aux moines de l'abbaye !
Michel Martin nous attend dans la nef pour évoquer un autre bâtisseur de l'abbaye
Eustache Lequieux était un abbé bâtisseur. Et par cette double fonction, il était souvent présent sur les lieux afin de surveiller l'avancée des travaux. Un jour, un ouvrier probablement excédé par cette présence permanente ; voulant badiner ou tout simplement lui faire peur, et bien du haut des voûtes, lui lança une pierre. Mais la trajectoire fut telle que Eustache Lequieux la prit sur la tête, et il en décéda !
Vous pourrez chercher dans la nef, la dalle qui indique l'endroit où périt le pauvre Eustache Lequieux ! Un indice : la dalle est toute blanche !
Sous Louis 14, l'abbé d'Aligre, le successeur du cardinal de Richelieu et fils du chancelier de Louis 14, est la dernière grande figure bâtisseuse de l'abbaye. C'est lui qui remanie la nef, mais surtout rebâtit le choeur avec un faste incroyable. L'abbé d'Aligre va jusqu'à lancer un concours de peinture pour orner les chapelles !
Aujourd'hui, la culture est plus que jamais présente à l'abbaye puisqu'elle abrite le Centre culturel Musée départemental de Saint-Riquier. Des expositions temporaires se succèdent toute l'année. Sans oublier la collection permanente qui montre des outils et des instruments de la vie rurale en Picardie. A visiter sans modération !
Restons devant la façade de l'abbaye pour mieux détailler son architecture en écoutant le prochain commentaire. Merci de continuer votre visite.
Retour haut de page