Saint Raphaël : circuit au pays des îles d'or >

Notre Dame de la Victoire

Version mobile
English

Notre Dame de la Victoire

Levez les yeux. Au dessus du porche, vous apercevez, dans un médaillon bleu en peinture, les armoiries de la ville.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes devant l'église de Notre-Dame de la Victoire.
Positionnez-vous sur le parvis, face au porche.
Levez les yeux. Au dessus du porche, vous apercevez, dans un médaillon bleu en peinture, les armoiries de la ville. Deux personnages, le plus grand, c'est Saint-Raphaûl. Le plus petit, c'est le jeune Tobie. On raconte qu'il a aidé son père à retrouver la vue. Il y avait aussi une histoire de poisson je crois.
Cet épisode de la bible commence, me semble-t-il, par un coup dur...
Oui, Tobie, le père, qui contrairement à ses concitoyens a toujours refusé d'adorer les idoles, reçoit dans les yeux de la fiente d'hirondelle et devient aveugle. Agé, il demande à son fils, le jeune Tobie, d'entreprendre un long voyage pour aller récupérer de l'argent prêté à un parent.
Et c'est à ce moment-là qu'intervient un étrange personnage...
En effet, un inconnu se propose d'accompagner le jeune homme. A plusieurs reprises, ses conseils lui seront très précieux. Ainsi, lors de la traversée du Tigre, le fleuve de Mésopotamie, un énorme poisson menace le jeune Tobie. Son compagnon lui indique comment vaincre l'animal. Et puis, alors qu'il veut épouser Sara, déjà 7 fois mariée et 7 fois veuve, le jeune Tobie s'en remet à la clairvoyance de son ami et utilise le foie du poisson afin de chasser le malheur.
Le couple peut donc se marier sans crainte...
Tout à fait. Et pendant la cérémonie, l'étrange compagnon plein d'obligeance va jusqu'à récupérer lui-même la somme d'argent, qui, je vous le rappelle, a motivé ce voyage.
Et Tobie, le père, comment retrouve-t-il la vue ?
Eh bien, au moment du retour, une dernière fois, le jeune Tobie bénéficie des conseils de son ami : ayant conservé pendant tout le voyage le fiel du poisson, il l'applique sur les yeux de son père, qui immédiatement retrouve la vue.
J'imagine que Tobie remercie grandement le compagnon de son fils...
Il n'en a pas le temps ... Le bienfaiteur, qui s'avère être l'archange Raphaûl, l'un des sept archanges, disparaît aussi rapidement qu'il était apparu. Il a, c'est vrai, rempli sa mission, en montrant que Dieu n'abandonne jamais ses fidèles.
Si vous entrez dans l'église, vous découvrez, tout au bout de la nef centrale, le dôme, qui culmine à 35 mètres.
Les vitraux ont été réalisés dans la seconde partie du 20ème siècle par des maîtres verriers de Chartres.
Enfin, ne ressortez pas sans admirer les grandes orgues. Elles nous rappellent que l'on peut ici écouter régulièrement des concerts de qualité.
La musique que vous entendez, c'est bien sûr l'Ave Maria, de Gounod. C'est cette mélodie qui retentit dans l'église, lors de son inauguration, en 1887. Un choix musical qui ne doit rien au hasard, puisque Charles Gounod est un habitué de Saint-Raphaûl. Le compositeur séjourne à l'Oustalet dou Capelan, une villa dans laquelle il compose, en 1865, son célèbre opéra Roméo et Juliette.
Allez, Traversons maintenant la rue en direction du monument à la mémoire des victimes de la Première guerre mondiale.
Vous y êtes ?
Observez les clochetons. Ils sont typiques du style romano-byzantin.
Notre Dame de la Victoire, c'est un peu notre Sacré Coeur !
C'est vrai. On retrouve quelques points communs avec la célèbre Basilique de Paris, dont l'édification commence - elle aussi - dans la deuxième partie du 19ème siècle.
Pour construire cette église, une vaste collecte est lancée auprès des fidèles.
Pour la nouvelle église... A votre bon coeur, Messieurs-Dames.
La mobilisation est grande. Et comme une partie de la population était aisée, On comprend mieux comment une église si imposante a pu voir le jour.
Imaginez-la illuminée, chaque année au mois de décembre, au moment de la Fête des Lumières. Tout bonnement éblouissant !
Une idée qui sans doute aurait séduit Pierre Aublé. C'est l'architecte de Notre-Dame de la Victoire. Il est aussi à l'origine de nombreuses villas, et a contribué à donner à Saint-Raphaûl tout son éclat.
Vous verrez il y en a une, juste à l'angle de notre rue et de la promenade des bains. C'est villa Sainte Anne, devenue aujourd'hui l'hôtel Excelsior.
Rejoignons maintenant, le st Raphaûl mondain de la promenade des bains.
Prenez sur votre gauche, en direction de la mer. Traversez ensuite la rue, pour longer la plage vers la gauche sur environ 200 mètres jusqu'au petit bâtiment circulaire qui abrite le poste de secours. Positionnez-vous dos à la mer, à hauteur du passage piéton.
Retour haut de page