Saint Raphaël : circuit au pays des îles d'or >

Agay

Version mobile
English

Agay

En face de nous, la pointe de la Baumette. C'est une presqu'île chère à l'écrivain Saint-Exupéry, puisqu'il s'y marie...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Agay,
Vous avez vu sur le rocher ? Il y a un banc. On s'installe ?
Face à nous, la mer.
Sur notre gauche c'est la baie d'Agay.
Le nom, Agay, provient du grec, Agathon, qui signifie bon, favorable. Il est vraisemblablement donné à la rade par les navigateurs phocéens qui, aux alentours du 6ème siècle avant Jésus Christ, y trouvent un lieu de mouillage privilégié sur la route qui les mène à leur colonie, Massalia, la future Marseille.
En face de nous, la pointe de la Baumette. C'est une presqu'île chère à l'écrivain Saint-Exupéry, puisqu'il s'y marie et y passe régulièrement ses vacances. D'ailleurs, une partie de sa famille y habite toujours.
L'auteur du Petit prince, on le sait, disparaît en mer, dans des conditions encore non éclaircies. Le 31 juillet 1944, il quitte la Corse pour une mission de reconnaissance au dessus de Chambéry, Lyon et Villefranche-sur-Saône. Son avion ne sera jamais retrouvé.
Bien entendu, les Agathoniens, s'enorgueillissent d'avoir accueilli pareil personnage. Mais ils ont bien d'autres objets de fierté.
C'est par exemple chez eux, à Agay, que l'écrivain Albert Cohen situe une partie de son roman Belle du Seigneur
Et puis Agay, c'est le rubis de la Côte d'Azur comme ils disent !
Inutile de préciser d'où vient cette expression : il n'y a qu'à regarder la roche. D'origine volcanique, elle porte le nom de porphyre. On la retrouve parfois en Corse et en Bretagne. Ce sont les sulfates de fer qui lui donnent cette teinte si caractéristique.
En période estivale, pour mieux admirer le contraste entre le rouge des rochers et le bleu de la mer, vous pouvez, depuis Agay, embarquer sur des bateaux touristiques, notamment à destination de Cannes.
Et surtout, ouvrez grand les yeux ! Parce qu'ici, les images sont plus belles encore qu'au cinéma !
C'est vrai, admirez ce décor !
Agay, devenu l'un des sept quartiers de Saint-Raphaûl, constitue la porte l'Estérel.
Regardez, là haut, sur votre gauche, la barre rocheuse. C'est le Rastel, l'entrée du massif. L'écrivain Georges Sand en parle
" A toutes les heures du jour, ces chaudes parois semblent imprégnées de soleil. "
Pendant longtemps, on ne peut pas accéder à ce massif. Pensez un peu ! Il faut attendre 1900 pour que soit construite, à l'initiative du Touring club, la route du bord de mer, que nous empruntons depuis le début de notre promenade.
Alors, comme, pendant des siècles, ces contrées sont quasi désertes, certains brigands, y trouvent refuge.
" Mon vrai nom, c'est Gaspar de Besse, mais tout le monde me surnomme Robin des Bois... c'est vrai que j'avais l'habitude de voler aux riches, pour donner aux pauvres, enfin... une partie du butin. Parce que le reste, je l'ai caché dans une marmite, enterrée quelque part, là haut. Vous pouvez toujours la chercher. Moi, l'or, je n'en vois plus guère l'utilité. Vous savez, je suis un coureur de jupons. Et ma femme n'apprécie pas.
C'est comme ça qu'un jour, elle m'a dénoncé à la maréchaussée et que j'ai perdu la tête... Non, non, je ne suis pas devenu fou. Le roi a simplement exigé qu'on me la coupe et qu'on l'accroche sur un pieu, à l'entrée de l'Estérel, pour dissuader d'autres bandits de s'installer dans le massif !
Eh oui, à l'époque, on ne plaisantait pas vraiment avec ces choses-là !
Partons maintenant à la découverte d'un site naturel exceptionnel : le cap Roux
Reprenez votre voiture, toujours dans la même direction, sur la RN 98. Vous empruntez ainsi la Corniche d'or. Après 9 km, vous apercevez sur votre gauche un large chemin interdit aux véhicules et donnant accès à la forêt domaniale de l'Estérel. Garez-vous immédiatement après, sur un petit parking à droite de la route, le parking de la Pointe des batteries. Parcourez quelques dizaines de mètres en direction de la falaise.
Retour haut de page