Saint Quentin tourisme >

Le théâtre Jean Vilar

Version mobile
English Néerlandais

Le théâtre Jean Vilar

Une façade néoclassique pour ce joli théâtre à l'italienne dont le rideau n'attend que vous pour se lever.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Cet air de musique vous est familier? C'est " le temps des cerises ", un hymne à la liberté à jamais associé à la Commune de Paris.
C'est Antoine Renard qui en a écrit la musique. Quelques années après avoir été le directeur de ce magnifique théâtre à l'italienne construit en 1842...
...Et baptisé depuis 1991 théâtre Jean Vilar, du nom du créateur du festival d'Avignon, et grand défenseur du théâtre populaire.
Au milieu du 18ème, le directeur d'une troupe de comédiens, fait bâtir une salle de spectacle en bois sur la Place de l'Hôtel de Ville. En 1773, la Compagnie d'Arquebusiers reçoit une distinction nationale et demande la construction d'une salle pour accueillir les délégations qui viendront, de toutes les régions, célébrer l'évènement en 1774. La Salle de la Comédie de 600 places est donc bâtie pour cette occasion.
Cette salle et les maisons voisines laissent la place en 1844 au théâtre actuel édifié par l'architecte Emile Guy qui réalise en même temps un théâtre identique à Caen.
Sa façade néoclassique ne sera sculptée que dix ans après sa construction, par Matagrin. L'artiste parisien choisit naturellement de rendre hommage au monde du théâtre avec une série de masques grecs antiques au dessus de chaque porte.
Sans oublier le fronton triangulaire qui domine l'édifice. 3 femmes y sont représentées. Vous pourrez y reconnaître des allégories de la Renommée, encadrée par Melpomène et Thalie, les muses de la tragédie et de la comédie.
Imaginez. Le rideau va se lever. Jetez vite un coup d'oeil au plafond.
C'est une toile peinte après la Grande Guerre, en 1921, par le saint quentinois Prévost. Il y représente la ville meurtrie par le conflit, renaissant de ces cendres, entourée de la danse et de la musique. A ses pieds, le commerce et l'industrie.
Chuuut. Le spectacle commence....
Retour haut de page