Saint Quentin tourisme >

La basilique - intérieur

Version mobile
English Néerlandais

La basilique - intérieur

Une basilique qui a tout d'une cathédrale et abrite des joyaux.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Cette pièce pour orgue de Bernard Jumentier, maître de chapelle ici sous l'Ancien Régime, traduit à merveille la grandeur et la magnificence des lieux vous ne trouvez pas ?
120 mètres de long, 36 de large, 34 mètres de haut sous la voûte, la basilique de Saint Quentin a décidemment tout d'une grande. Pas étonnant qu'on la surnomme la 7ème cathédrale de Picardie.
Avec ses 20 mètres de haut, le grand orgue est à la mesure de ces dimensions impressionnantes. Offert à l'origine par Louis 14, il affiche 6430 tuyaux dont pas moins de 90 en façade. Ses 75 timbres autorisent l'exécution de n'importe quelle pièce du répertoire, classique ou contemporain. Il n'est pas rare de l'entendre jouer aujourd'hui lors de concerts.
Le buffet d'orgue est l'oeuvre de Jean Bérain, ornemaniste de Louis XIV : les anges y sont omniprésents. Séraphins ailés voletant sur sa partie supérieure chérubins musiciens en contrebas. Sans oublier, au centre, autour du médaillon, ceux qui encadrent et annoncent l'Assomption.
Vous avez remarqué au pied de l'orgue ? Les dalles sur le sol forment un labyrinthe. L'un des très rares labyrinthes d'origine avec celui de la cathédrale de Chartres.
Ses pierres noires et blanches posées à la fin du 15ème siècle symboliseraient un parcours initiatique ou pénitentiel vraisemblablement lié au pèlerinage à Saint Quentin. Le pèlerin l'accomplissait en suivant les pierres noires, expiant ainsi ses fautes pour mieux ouvrir son âme à Dieu.
Un parcours de 260 mètres de long. Le pèlerin pouvait ensuite accéder aux reliques de saint Quentin. Elles sont toujours conservées dans une petite chapelle, sur le côté gauche de la basilique, près du petit transept.
Deux reliquaires y abritent sa main droite et une partie de son crâne, le " chef ", entouré de trois statues et d'une dentelle relatant sa légende.
Autre originalité de cette magnifique basilique, son choeur. En vous approchant, observez ses murs. Ils sont couverts de notes de musiques géantes. Des partitions de chants du 14° siècle.
Elles n'ont été découvertes qu'en 1917, derrière d'anciennes boiseries.
Elles surmontaient à l'origine les stalles des chanoines...
...Qui pouvaient du coup se permettre un petit trou de mémoire.
Si les murs ont des oreilles, ceux de la basilique eux, ont l'oreille musicale.
Retour haut de page