Saint Quentin tourisme >

La basilique - extérieur

Version mobile
English Néerlandais

La basilique - extérieur

Dédiée au Saint patron de la ville, cette gigantesque basilique résume à elle seule tout l'art gothique.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Saint Quentin et sa basilique ont beaucoup souffert de la Première Guerre Mondiale. Occupée dès Aout 1914, la ville, au coeur des combats à partir de 1916, est périodiquement bombardée.
En 1917, les obus français et britanniques s'abattent sur la cité et la détruisent à près de 80%.
Quant à la Basilique, elle se retrouve à ciel ouvert. Toiture et charpente ont volé en éclats le 15 aout. L'église brûle pendant 2 jours.
L'ampleur des travaux de rénovation est telle qu'elle ne sera rendue au culte qu'en 1956.
Pas moins de 3 siècles avaient été nécessaires à sa construction retardée par les guerres, les épidémies et autres difficultés financières.
Achevée au 15ème Siècle, elle résume à elle seule toutes les évolutions du gothique. Avec -originalité de taille- son plan très étonnant.
L'église possède un plan à deux transepts, disposition unique en France dans l'architecture gothique. Ancienne collégiale, Elle est élevée au rang de basilique en 1876.
Au 4° siècle, la ville s'est développée autour d'une chapelle abritant les reliques de saint Quentin. La dévotion pour ces reliques et le pèlerinage de plus en plus important justifie la construction successive d'églises pour aboutir au 12ème siècle à la construction d'une collégiale.
Saint Quentin était un apôtre romain venu en Gaule à la fin du 3ème siècle pour l'évangéliser. Arrêté, torturé, il est finalement décapité et son corps jeté dans les marais de la Somme.
La légende dit que 55 ans plus tard, une jeune aveugle romaine, Eusébie fait le rêve qu'elle doit lui donner une sépulture décente. Elle quitte Rome pour rechercher la dépouille du martyre qui par miracle, remonte à la surface des eaux. Elle l'emmène sur une charrette tirée par des boeufs. Mais sur les hauteurs de la ville, les bêtes refusent d'avancer. Elle y voit un signe, et enterre Quentin à cet endroit, où on construit une chapelle. C'est l'emplacement de la future basilique.
Aujourd'hui, la basilique, a retrouvé de sa splendeur. Les travaux de rénovation lui rendent son frontispice baroque que n'avait pas respecté la reconstruction d'après guerre. Et les travaux entrepris aujourd'hui ont redonné un éclat blanc qui n'est pas sans étonner.
C'est pourtant sa couleur d'origine...
Près de 10 siècles après la première pierre, l'aventure de sa construction continue.
Retour haut de page