L'art déco à Saint Quentin >

Le Carillon (17-19 rue des Toiles)

Version mobile
English Néerlandais

Le Carillon (17-19 rue des Toiles)

Un ancien cinéma, fleuron des différentes salles de spectacles qui fleurissent en ville après guerre

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le Carillon (17-19 rue des Toiles)
Après le traumatisme du premier conflit mondial, la soif de distractions et de spectacles est à son maximum
Et l'offre à la hauteur de la demande
(échange vif- incises tac au tac-jeu sur les panoramiques)
Les avant gardes artistiques se multiplient
Cubisme, Surréalisme
De nouvelles formes musicales triomphent
Le jazz, le Charleston
Et le dernier des arts, le 7ème, se met bientôt à parler
Dans les villes, les salles de spectacles poussent comme des champignons: dancing, cinéma, music hall...
Saint Quentin ne fait pas exception à la règle et compte une bonne demi douzaine de salles, dont le Cirque, le Casino ou encore le Carillon
Toutes les trois ont été construites - ou reconstruites - par Adolphe Grisel, qui s'était fait une spécialité des salles de spectacle.
C'est le Carillon qui sort le premier de terre, rue des Toiles, un véritable champ de ruine au lendemain de la guerre.
Bâtie dès 1920, sa façade néo classique est profondément remaniée en 1931 dans le plus pur goût art déco qu'on lui connait encore aujourd'hui.
La baie plein cintre cède la place à une large fenêtre à pans coupés, une forme récurrente de nombreux édifices art déco.
Sur sa façade, le nom de la salle s'étale dans une typographie tout à fait caractéristique.
Droite, sans fioriture, simplifiée à l'extrême
Comme les cloches et le foisonnement végétal qui l'entoure. Oubliés les arrondis et autres arabesques de l'art nouveau qui aimait aussi les motifs floraux.
(strict-sec)
L'art déco les stylise, les géométrise. Ce qui n'empêche pas de jouer sur les détails cachés dans l'abondance du décor.
(ton défi-jeu)
La preuve? Ouvrez bien les yeux, vous ne distinguez pas un visage?
Pas facile! Allez on vous aide. Dans le C de Carillon, le petit médaillon sur la cloche.
C'est le portrait de Gustave Cantelon!
Le célèbre carillonneur saint quentinois s'est battu après guerre pour la restauration du carillon municipal dont les cloches avaient été fondues par l'occupant allemand.
Un hommage en forme de clin d'oeil à ce grand musicien disparu peu de temps avant la rénovation de la salle dont il aurait sans doute apprécié le nom.
Retour haut de page