L'art déco à Saint Quentin >

11 rue de la Sous Préfecture

Version mobile
English Néerlandais

11 rue de la Sous Préfecture

Uned es nombreuses façades saint quentinoises où les roses art déco ont fleuri

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
11 rue de la Sous Préfecture
Avec l'art déco naît aussi le design
Les mots d'ordre sont les mêmes
(énumération rapide)
Simplification, stylisation, géométrisation
(idem)
Qui vont de pair avec rationalisme, modernisme et fonctionnalisme
Les designers art déco révolutionnent la mode, le textile, le mobilier, la publicité, le dessin.
Paul Iribe, le créateur d'affiches et dessinateur de mode, un temps amant de Coco Chanel, en est l'une des plus grandes signatures.
En 1908 il crée la rose qui porte son nom
La rose Iribe
Un motif de rose stylisée qui demeure l'un des plus célèbres symboles de l'art déco.
Les roses de cette façade du n°11 l'évoquent immanquablement. Pourtant, à l'origine, celle-ci avait été conçue sans ornementation.
Et c'est probablement l'architecte Jules Arduin qui décide finalement de parer cette ancienne boutique de broderie avec ces roses stylisées. On les retrouve également, aux balcons, dans les fers forgés dont l'art déco est si friand
Incolores à l'époque, ces roses en béton moulé rehaussent aujourd'hui d'une délicate touche pastelle cette façade étroite et élégante.
Etonnante aussi dans ses associations. Regardez donc ses trois baies d'un peu plus près.
La première est rectangulaire.
La seconde courbe.
Et la troisième parabolique.
Un peu plus loin dans cette même rue, au n°19/21, on retrouve l'utilisation du motif floral de la rose.
Sur cette grande bâtisse d'inspiration flamande signée Louis Guindez pour un chauffagiste qui lui avait commandé une habitation doublée d'un magasin et d'un atelier.
Cette fois le motif est exploité dans une corbeille, sculptée dans la loggia du deuxième étage. Et aussi au dessus de chaque ouverture : fenêtre ou baie.
Pas de doute, les roses ne sont pas prêtes de se faner sur les façades saint quentinoises.
Retour haut de page