Saint-Quentin 14-18 >

Echanges de tradition - La basilique

Version mobile
English

Echanges de tradition - La basilique

Date : Noël 1916 - A la vieille de Noël, Léopold et Anelie se remémorent le faste des cérémonies précédentes et s'amusent des découvertes interculturelles que les Saint-Quentinois font sous l'occupation.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Noël 1916
L'occupation allemande est aussi l'occasion de découvertes culturelles singulières pour les Saint-Quentinois. Ainsi par exemple, le Noël célébré en grande pompe en 1914 par les Allemands à la Basilique. Très prisée par l'occupant, tant pour des cérémonies religieuses que pour des concerts, la Basilique est fortement endommagée par l'explosion de la gare en juillet 1916 mais rapidement rénovée. Devenue poste d'observation après l'exode des civils, elle est régulièrement pilonnée par les alliés. A la libération de la ville, elle n'est plus qu'une vaste carcasse de pierre.
La grande nef est encore en travaux suite au bombardement de l'été dernier mais on raconte qu'elle pourrait ouvrir pour le nouvel an.
Pas de Noël triomphant cette année alors !?
Sans doute pas. Les temps ne sont guère à la fête ou à la liesse.
Peut-être aussi que les Allemands se sent nettement moins en sécurité.
Léopold. Je vous en prie. Vous savez bien que je ne veux pas m'aventurer sur ce terrain.
Je sais pardon. Je me souvenais simplement du faste des cérémonies de 14. Vous les prépariez avec tant de soins et d'entrain. Ça nous a tous profondément marqué ici. Choqués même. Tous ces sapins saccagés, ramenés par wagon entiers! Deux énormes conifères ornés de glaçons trônaient au coeur de la Basilique à l'hiver 14. Nous n'avions jamais vu ça.
C'est pourtant tellement répandu chez nous.
Quelle idée !? Comme cette tradition de décorer de branches les portes des maisons à la Pentecôte ?
Oui bien sûr. Voire de déposer de jeunes arbres de chaque côté de la porte dans des seaux d'eau.
Et je ne parle évidemment pas de votre fête annuelle de l'Empereur. Que je goûte moyennement comme vous l'imaginez.
Le 27 janvier. Ça approche. Je ne sais si cette année la retraite aux flambeaux aura autant de panache que lors des précédentes éditions.
Je crois que de ma vie je n'avais jamais vu autant de fanfares et de défilés. C'était aussi saisissant qu'oppressant.
Avouez que nos us et coutumes ont aussi du bon. Vous n'allez tout de même pas critiquer la mise en place des poubelles ! Grâce à nous, fini le dépôt des ordures ménagères sur les trottoirs.
Ça je vous l'accorde ! La municipalité s'en réjouit encore. Mais c'est une bien maigre consolation pour tout le mal qui nous est fait vous savez...
Retour haut de page