Saint Nazaire : le port en 7 escales >

Vieux Môle

Version mobile
English

Vieux Môle

Il règne sur le vieux môle une atmosphère particulièrement propre au rêve et à l'inspiration...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Coupés du monde et hors du temps, nous voici sur la jetée au pied du phare rouge et blanc.
Comme vous pouvez le constater, il règne sur le vieux môle - môle veut dire jetée - une atmosphère particulièrement propre au rêve et à l'inspiration. Honoré de Balzac décrit dans son roman Beatrix l'endroit même où vous vous trouvez en ce moment.
Il n'existait pas de débarcadère en 1829 à la pointe de Saint-Nazaire et cet endroit était orné des roches gluantes, des récifs granitiques, des pierres colossales qui servent de fortifications naturelles à sa vieille église et qui forçaient les voyageurs à se jeter dans des barques avec leurs paquets quand la mer était agitée, ou quand il faisait beau, d'aller à travers les écueils jusqu'à la jetée que le génie construisait alors...
La construction du vieux môle se termine en 1835 et le phare s'allume pour le jour de l'an 1836 !... Le vieux môle assure alors un point d'ancrage pour les premiers bateaux à vapeur qui descendent la Loire depuis Orléans. C'est ici que s'arrête leur voyage...
Au début des bateaux à vapeur, les passagers sont loin d'être rassurés par ce genre de navigation. Pour conjurer leur peur, ils les surnomment : les "inexplosibles" !
Découvrez de chaque côté de la jetée les escaliers qui descendent dans la mer... Vous remarquez les stries qui sont creusées sur chaque marche ?... Elles permettaient aux chaussures d'autrefois, qui n'avaient rien à voir avec celles d'aujourd'hui, d'éviter de glisser sur la pierre mouillée.
Mouettes et vagues Du vieux môle, vous pouvez contempler de plus près le pont de Saint-Nazaire qui franchit la Loire. Construit en 1974, cet édifice en béton armé et en acier s'étend sur 3556 mètres. Lors de son inauguration, il est le plus grand pont à haubans d'Europe...
Et si nous profitions encore pleinement de cet endroit serein pour écouter les mots d'un autre écrivain. Alphonse Daudet, le célèbre auteur des Lettres de mon Moulin, n'a pas été pas été séduit que par la Provence. La preuve : il écrit dans son roman Jack :
Jack, n'avait jamais vu la mer. Cette odeur fraîche et salée, ce coup d'éventail que la marée montante dégage à chaque vague, lui mit la griserie au coeur. Là-bas, sur la droite, avec ce resserrement de tous leurs toits que les ports de mer présentent entre les roches, Saint-Nazaire s'avançait au bord des flots, son clocher en vigie sur la hauteur, sa jetée continuant la rue jusqu'au large. Entre les maisons, des mâts se dressaient, se croisaient, mêlés de loin les uns aux autres...
? droite du phare en direction de la base, repérez le parking orné de pins maritimes, et avancez en direction des architectures métalliques jaunes de l'Ecomusée. Prenez le temps de visiter ce musée qui raconte l'histoire de la ville et abrite un fond documentaire exceptionnel sur les navires et les paquebots construits à Saint-Nazaire. Attardez-vous devant l'ensemble sculptural réalisé par l'artiste Mayo et dédié à l'abolition de l'esclavage. Longez ensuite le quai de Kribi, puis tournez à droite jusqu'à l'écluse où vous attend un sous-marin qui répond au nom de L'Espadon...
Retour haut de page