Saint Nazaire : le port en 7 escales >

Quartier du petit Maroc

Version mobile
English

Quartier du petit Maroc

A la naissance de Saint-Nazaire vers 1860, le littoral est le quartier résidentiel de la ville.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à l'extrémité sud des docks de Saint-Nazaire, face au littoral, dans le quartier du petit Maroc qui fait l'objet d'un grand projet de mise en valeur pour les années à venir...
A la naissance de Saint-Nazaire vers 1860, le littoral est le quartier résidentiel de la ville. Les photos anciennes montrent une ambiance souriante, détendue, ouverte sur l'océan. Au début du 20? siècle, un boulevard de mer avec promenade voit le jour. Ce décor fait penser à une dolce vita nazairienne... Lors de la seconde guerre mondiale, le front de mer est l'un des secteurs de la ville le moins touché par les bombardements.
Pourquoi appelle-t-on ce quartier celui du Petit Maroc ?
Voix féminine : Il existe trois hypothèses.
Premièrement : parce que les pêcheurs de Saint-Nazaire ont trouvé une ressemblance entre leur quartier et les villages de la côté marocaine.
Deuxièmement : parce que "Petit Maroc" est la francisation de "Ti Ar Roch' " qui veut dire en breton "la maison sur le rocher". Et comme le quartier était à l'origine une île rocheuse, tout s'explique...
Troisièmement : parce qu'avant la guerre, il existait une fête avec cavalcade et déguisement nord africain... Alors, quelle est la bonne solution à votre avis ?
En fait, toutes ces hypothèses ne seraient que des suppositions car personne ne sait très bien pourquoi ce quartier s'appelle "Petit Maroc" !
Saint-Nazaire porte aussi le nom de "ville aux vingt plages". Son littoral est très étendu puisqu'il s'étire sur 14 km de l'entrée du port à la commune de Pornichet. Il est en partie bordé par un très beau chemin côtier de 7 kilomètres.
Voix nazairiens en choeur : Les Américains débarquent à Saint-Nazaire !
Voix soldat accent américain : On est entré dans la première guerre mondiale, et on est là pour soutenir les français !... Nos troupes sont installées à Brest et à Saint-Nazaire parce que ce sont les deux ports les plus proches des Etats-Unis... Saint-Nazaire, c'est le gros point d'arrivée du matériel. Tout le long de l'estuaire, on a construit une grande base qui s'étend sur plusieurs kilomètres carrés. Comme ça, on va pouvoir débarquer facilement trois millions de tonnes de marchandises. I love la France, vive Saint-Nazaire !
? votre droite sur le littoral, la statue d'un soldat américain qui terrasse un aigle rend hommage à cette période turbulente de l'histoire.
Et si le coeur vous en dit, en quittant le port, vous pourrez faire un saut jusqu'à St Marc sur Mer ! C'est là que Jacques Tati a tourné son fameux film Les Vacances de M. Hulot !
Oh ! Quel ravissement splendide ce spectacle, n'est-ce pas cher Monsieur ?... Justement j'admirais la mer...Ses rochers, ses petites voiles blanches, tout ça c'est vraiment joli... Qu'est-ce qu'on voit là-bas ?... C'est Saint-Nazaire ? Vous voyez au loin là-bas de ce côté ?
A Saint Marc sur Mer, ne ratez pas la statue de M. Hulot qui veille sur la plage qu'il a tant aimé.
Juste en dessous d'où vous vous trouvez, à l'angle de la rue de L'Ecluse, une plaque commémorative rappelle l'inauguration officielle de la grande écluse.
Parmi les noms gravés, vous pouvez lire celui d'Aristide Briand, 11 fois Président du Conseil, 15 fois Ministre des Affaires étrangères et prix Nobel de la paix en 1926. Impossible de dissocier Aristide Briand de la ville Saint-Nazaire où il arrive avec ses parents à l'âge de deux ans...
Germaine Langlois de Radio Atlantique vous parle... Je tente de me frayer un chemin dans la foule venue nombreuse pour l'inauguration de la grande écluse. Je m'approche de M. Aristide Briand qui ne va pas manquer de dire quelques mots à nos micros... M. le ministre, vous êtes très heureux d'être là, n'est-ce pas ?
Aristide Briand : Comme à chaque fois que je retourne à Saint-Nazaire, la ville chère à mon coeur comme le savez...
Germaine Langlois : Où vous êtes arrivé très jeune, je crois...
Aristide Briand : A l'âge de deux ans... J'ai grandi, je suis allé à l'école ici avant de poursuivre ma scolarité à Nantes, puis à Paris. Mais c'est à Saint-Nazaire que j'ai commencé ma vie active...
Germaine Langlois : Vous étiez avocat...
Aristide Briand : Et conseiller municipal aussi. J'ai même écrit dans le journal La Démocratie de l'Ouest !
Germaine Langlois : Et vous allez rester longtemps dans cette ville que vous aimez tant ?
Aristide Briand : J'ai beaucoup à faire. Je viens de fonder le parti socialiste avec mon ami Jean Jaurès alors je repars demain pour Paris. Mais dès que l'occasion se présentera, je reviendrai avec joie à Saint-Nazaire !
? présent, revenez sur vos pas. Redescendez la rue de l'Ecluse jusqu'au pont levant. Sur votre gauche, prenez le temps de regarder l'entrepôt frigorifique construit en 1918 par les Américains. Arrivé au bout de la rue, Tournez à droite. Empruntez l'avenue de la Vieille Ville en direction de la jetée. Et retrouvons-nous au pied du vieux phare rouge et blanc que vous voyez devant vous, tout au bout du vieux môle.
Retour haut de page