Saint-Mammès, la battelerie >

Quai de Seine et famille

Version mobile
Espagnol English Japonais

Quai de Seine et famille

La vie de famille des mariniers autour des commerces du bourg

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
services.
Les haleurs tiraient la péniche " à la bricole " sur le canal, c'est-à-dire avec un harnais posé sur la poitrine d'un cheval, d'un âne ou même d'un homme, lorsque la main d'oeuvre à bord du bateau ne suffisait pas.
Et puis il y avait tous les autres petits métiers : ma grand-tante par exemple, était lavandière. Elle lavait le linge des mariniers sur le quai de Seine. Car quand ils arrivaient, la première chose qu'ils faisaient, c'était se laver et aller au bal. Le dimanche, il paraît que ça dansait des deux côtés du pont !
Mais ces maisons du bord de Seine, ce n'était donc que des commerces ?
Quasiment. En dehors des cafés, il y avait l'alimentation, et toute l'activité liée à la marine : on y vendait des perches, du goudron, des cordes, des sabots...Il y avait même un cinéma itinérant.
Dites-moi, sur la façade, là, au n?49, il y a une date...
1610, oui c'est une maison très ancienne, qui prouve que dés le 17ème, il existait déjà une activité de marine à St Mammès. Ne serait-ce que les trains de bois qui venaient du Morvan. Ces traces de navigation nous viennent des registres de droits de péage : les seigneurs qui recevaient la taxe devaient en reverser une partie à l'abbaye de St Mammès.
Retour haut de page