Saint-Mammès, la battelerie >

Les venelles

Version mobile
Espagnol English Japonais

Les venelles

En cas d'inondation, les venelles permettent d'évacuer la population !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Alors ici, je vais vous faire découvrir une spécialité de St Mammès : ses venelles.
Pour cela, il faut que vous traversiez le parking et qu'au fond, vous preniez la petite rue du passeur. Arrivée au bout, vous allez à droite. Vous y êtes ?
Là, à 20m, vous allez trouver des garages sur votre gauche. Vous allez prendre le tout petit chemin qui longe le garage le plus à droite. Il est indiqué à terre par une ancre en cuivre.
Et là tout droit !
C'est très étroit...
Un mètre environ. St Mammès s'est construite en fonction du fleuve et de son affluent, sur une petite superficie. Du coup, la circulation s'est faite naturellement dans un espace réduit, à travers ces venelles. En cas d'inondation, et il y en a eu !, elles permettaient d'évacuer tout le monde vers le haut.
Ici, on est au coeur du village. On appelle ces jardins " les clos ". Au 19ème, les mariniers tentent avec ces potagers de compléter leurs maigres revenus. Ils y installent des cabanes, toutes petites, à l'échelle de l'espace dont ils se contentent sur leur péniche, et les jardins sont à l'avenant, pas plus grands...C'est ici que vivent beaucoup de mariniers retraités.
Je vais toujours tout droit ?
A la troisième intersection, nous allons tourner à gauche. Vous la repèrerez car au coin, il y a une maquette de la confluence de St Mammès posée sur un petit socle. A ses côtés, un petit panneau montre une photographie. Regardez, ce sont les baraquements dans lesquels s'entassaient les femmes et les enfants des mariniers lorsqu'ils attendaient les hommes, partis en convoi sur la Seine, avec les pilotes.
Quel dur métier...
Ah oui, vous pouvez le dire. A tous les niveaux. Les hommes s'abîmaient la santé, et les mains, avec des manoeuvres dangereuses, des câbles en acier qui leur sciaient les paumes. On traçait la route sans jamais s'arrêter, la femme servant de copilote quand l'homme s'absentait. Sauf qu'il fallait aussi garder les enfants, qui risquaient de se noyer pour les plus petits, alors vous imaginez les soucis...quant à s'enrichir...fallait pas rêver !
Et maintenant je continue tout droit dans cette venelle ?
Tout droit, et nous arriverons à l'église.
Retour haut de page