Saint-Germain-en-Laye >

Le musée Maurice Denis

Version mobile
English

Le musée Maurice Denis

La forêt, terrain de chasse des rois et source d'inspiration...parfumée

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Rencontre avec Claire Denis, petite fille de l'artiste. Elle évoque l'histoire du Prieuré et termine l'interview avec une anecdote avec son grand-père :
Maurice Denis réside à Saint-Germain-en-Laye depuis l'enfance. Il hante cet ancien hôpital qui abritait les déshérités sous Louis 14. Le curé lui ouvrait parfois les portes du bâtiment pour peindre de grands décors. L'artiste en devient le propriétaire en juillet 1914. Il baptise sa demeure " Le Prieuré " en hommage à un monastère médiéval de Saint-Germain-en-Laye + anecdote.
La demeure devient un repère pour les amis artistes de Maurice Denis, particulièrement les membres du groupe Nabi. Laurence Rimaux, Chargée du service d'action culturelle au musée Maurice Denis, raconte ce mouvement artistique :
Elle révèle la signification du mot Nabi ("prophète" en hébreux), explique son esprit novateur, la naissance du mouvement (rencontre de Paul Sérusier avec Paul Gauguin à Pont-Aven autour de l'huile sur bois Le Talisman). Elle achève avec le rôle de Maurice Denis dans le groupe.
Incitation à la visite du musée et de ses jardins avec l'explication d'une oeuvre extérieure et intérieure. Tout d'abord la sculpture que nous voyons devant nous :
Laurence Rimaux décrit une sculpture de son choix. Aborde la diversité, la richesse de l'oeuvre de Maurice Denis (peintures, vitraux, décorations d'intérieur...) et la reconnaissance de son talent de son vivant.
L'oeuvre à découvrir dans le musée :
Autoportrait devant le prieuré. Laurence Rimaux décrit les deux femmes de l'artiste avec leur représentation enlacée dans les jardins du Prieuré. Terminer la description avec la mort de Maurice Denis le 13 novembre 1943 à Saint-Germain-en-Laye.
Maurice Denis clôt la visite avec cette citation :
Et puis je ferai de l'Art, de l'Art de masse, en tout et partout. Je me gorgerai, je m'enivrerai de cette pure et sainte jouissance, de cette douce vie, si désirée, d'artiste.
Retour haut de page