Saint-Denis, sur la piste des Rois de France >

Basilique Saint-Denis

Version mobile
English
Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail

Le roi se meurt

Dans la Basilique Saint-Denis, se tient la nécropole des rois de France. Leurs gisants au fil du temps témoignent de la chute du pouvoir monarchique...

Ici, à chaque époque, son gisant. Un roi de France au Moyen Age est un élu de Dieu attendu en grande pompe au ciel. Lors de sa mort, l'image du monarque est sculptée dans le marbre. À ses pieds, peuvent reposer des chiens, guides au royaume de la
Saint-Denis, c'est une basilique ou une cathédrale ? Les deux à la fois !
mort. Ou encore des lions, symboles de la résurrection car une légende assure que le lionceau ouvre les yeux trois jours après sa naissance ! Être roi et s'éteindre en ce temps-là donne aussi le privilège d'avoir trois gisants : un d'entrailles, un de coeur et un de corps. A la Renaissance, les monuments funéraires des rois de France rivalisent de somptuosité. Pourtant, une distance commence à s'instaurer entre eux et Dieu. Dorénavant, même les plus puissants doivent rendre des comptes aux portes du paradis. S'ils arborent un habit de sacre sur le plafond du mausolée, ils sont nus et décharnés comme n'importe quel mortel sur leur lit de mort. Le contraste est saisissant. À partir de la Révolution française, le peuple croit plus que jamais en Dieu, mais plus du tout en son monarque. Son corps décapité est jeté à la fosse commune. L'ultime crime de lèse-majesté

Le saviez vous ?

Depuis le règne de Dagobert 1er, au 7ème siècle, les monarques français se font enterrer à Saint-Denis

Le mot

Le mot " gisant " vient de gésir, " être allongé ".
Benoit Gautier


Avec plus de 70 gisants, il faut prendre son temps pour faire les présentations... et chaque détail ici raconte une histoire !

Version mobile
English
Retour haut de page

Photo de droite : La Basilique de Saint-Denis
Par Olivier2000 (Travail personnel) [GFDL], via Wikimedia Commons