Saint-Denis, sur la piste des Rois de France >

Aubervilliers - Entrepôts et magasins généraux de Paris

Version mobile
English

Aubervilliers - Entrepôts et magasins généraux de Paris

Devant nous, à quelques centaines de mètres à peine, c'est Paris, porte de la Chapelle. La Chapelle, ancien village, traversé aujourd'hui par le périphérique...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Devant nous, à quelques centaines de mètres à peine, c'est Paris, porte de la Chapelle. La Chapelle, ancien village, traversé aujourd'hui par le périphérique, et qui se partage aujourd'hui entre Paris et Saint Denis.
Le lieu où nous nous trouvons est donc économiquement stratégique. Ce qui incite le Baron Hainguerlot , le président de la compagnie qui gère les canaux de Saint Denis, à créer, à la fin du 19 ème siècle, un immense lieu de stockage bientôt baptisé Entrepôts et magasins généraux de Paris, EMGP.
-Quel programme pour aujourd'hui ?
-Oh ne m'en parlez pas... D'abord un arrivage d'huile, des hectolitres et des hectolitres. Dans un même temps, de la bière, en provenance du Nord et de Belgique. Les livreurs viendront dès ce soir pour les acheminer vers les magasins de détail. Ah, j'allais oublier. Dès maintenant, il faut prévoir des hommes et des machines. C'est que j'ai des tonnes de blé qui doivent arriver d'un instant à l'autre ! Tiens, d'ailleurs, j'aperçois de la fumée du train.
C'est notamment par trains que parviennent jusqu'ici les marchandises à stocker. Des trains qui ressemblent à cette locomotive, juste là, à droite, à une dizaine de mètres. Le reste arrive par le Canal de Saint Denis, toujours à notre droite, à quelques centaines de mètres.
Ici, c'est une vraie ville dans la ville. Certains logent sur place, notamment le directeur.
Regardez devant vous, il n'est pas beau mon pavillon en pierre de taille ? Il en dit long sur... la richesse que procure notre activité... Et puis, c'est pratique. J'ai mon personnel à portée de main. Songez qu'il loge dans le bâtiment de brique, juste à côté.
Peu à peu, l'intérêt des EMGP est allé déclinant. On livre de plus en plus directement du lieu de production vers les lieux de vente...
Regardez à présent sur la gauche. Nous apercevons un ancien entrepôt frigorifique.
C'est devenu un temple de la mode. On y organise des défilés de mode et des show-rooms.
Tournez vous pour faire face au studio 101.
Attention, question à 1000 ??, savez-vous quel secteur d'activité, avant la mode, a relancé dans les années 80, le site des Entrepôts et magasins généraux de Paris ?
La... La télévision ?
Ahhhh bravo ! Je vois que vous êtes une fidèle téléspectatrice de notre jeu !
En effet, c'est la transformation de certains entrepôts en studios de télévision qui a donné une seconde vie aux EMGP.
Et parmi ces lieux d'enregistrement, eh bien, il y a le fameux studio 101, où se déroulent des émissions bien connues des français. Notamment On ne peut pas plaire à tout le monde.
Mais bien d'autres émissions sont passées par ici, notamment les Guignols.
Ah oui, et puis aussi le Big deal. Ah, j'aimais bien cet animateur, un certain Lagaff. Bernadette m'enregistrait toujours l'émission.
Eh oui, le Big deal était aussi enregistré tout près d'ici. D'ailleurs, à l'arrière du studio 102, juste à notre droite, on peut encore voir une grande fresque qui apparaissait souvent à l'écran, au cours de l'émission.
Et le Loft alors ?
Le Loft était tourné un peu plus loin, au delà du 102, dans des studios mobiles installés sur un grand parking et qui depuis ont disparu.
La reconversion des EMGP s'inscrit en fait dans une vaste opération de réhabilitation de la Plaine Saint Denis, menée depuis une quinzaine d'années. C'est ce que nous explique l'un des principaux artisans de ce projet, Jacques Grossard, qui a longtemps dirigé les services de la communauté d'agglomération :
" - La philosophie, c'était partir de l'existant et de préserver ces lieux de vie existants comme étant les amorces du développement à venir. Cela signifie que l'on a gardé le maximum de restaurants, de bistrots, de places de rencontre et que tout s'est fait autour, en veillant à ne rien raser.
- Donc on n'a pas voulu refaire une deuxième Défense...
- Non, on a tiré les enseignements et on est resté dans une échelle urbaine de bâtiments qui ne dépassent pas cinq-six étages, avec des places, des rues, en accordant une grande place à l'espace public. "
Retour haut de page