Saint-Chaffrey >

Chantemerle, hier et aujourd'hui

Version mobile
English Italien

Chantemerle, hier et aujourd'hui

Des rues typiques et un habitat très resserré qui permettait de garder le maximum de terres pour les cultures

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le village de Chantemerle est bâti de part et d'autre de la rivière Guisane. Le côté où s'élève l'église Saint-Jacques-le-Majeur offre un dégagement sur la plaine et l'autre, l'Envers, moins ensoleillé s'accroche à la pente. En flânant dans les rues typiques nommées traverses, vous remarquerez l'habitat très resserré qui permettait de garder le maximum de terres pour les cultures. Les maisons sont construites en pierre sur les parties basses, afin de les protéger des incendies fréquents, et elles laissent apparaître le bois sur les parties hautes, les balcons et les toitures.
Les terres autrefois céréalières ont disparu petit à petit, laissant la place aux complexes immobiliers.
Le ski fut introduit dans les Hautes-Alpes à l'extrême fin du 19e siècle par les militaires du régiment de Briançon. Ils développèrent cette pratique pour leurs entraînements, mais aussi en direction de la population locale. Ils ouvrirent une petite fabrique de skis et éditèrent un manuel d'apprentissage des techniques de glisse. A la suite du premier Concours International de ski qui se déroula à Montgenèvre en 1907, les civils s'enthousiasmèrent pour cette activité. En 1935, à l'initiative du Club Alpin Français, germa l'idée de créer un téléphérique dans la vallée de la Guisane. L'emplacement de Serre-Ratier offrait de bonnes conditions d'enneigement et de pente. Pour Noël 1941, les Briançonnais s'offrirent un jouet merveilleux : le plus grand téléphérique d'Europe avec de jolies cabines rouges. Il reliait la gare de Chantemerle au sommet de Chevalier situé à 2 491 mètres d'altitude. Le domaine skiable prit de l'essor dans les années 1960. Au cours de l'automne 1983, la gare d'arrivée fut victime d'un incendie qui contraignit les exploitants à rénover la remontée mécanique.
Le nom de Serre-Chevalier, pour nommer la station, fût adopté en 1968. Il provient du vieux dialecte d'oc : "Serre" qui désigne une butte et "cambeou" un troupeau.
Retour haut de page