Saint-Chaffrey >

Les canaux, la filature

Version mobile
English Italien

Les canaux, la filature

Etant donné la sécheresse du climat Briançonnais, les habitants constituèrent très tôt un réseau de canaux d'irrigation.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Etant donné la sécheresse du climat Briançonnais, les habitants constituèrent très tôt un réseau de canaux d'irrigation. Le premier construit, celui des Gays, captait l'eau en dessous de La Salle et l'amenait à Saint-Chaffrey. En 1345, un accord fut passé avec Briançon pour créer le canal Gaillard, qui longerait la rive gauche de la Guisane, conduisant ainsi l'eau jusqu'à la grande rue de la ville, la fameuse " Gargouille ". Au 15e siècle, les quantités transportées devinrent insuffisantes pour l'étendue des terres à irriguer et d'autres canaux furent creusés de part et d'autre de la rivière.
L'utilisation et l'entretien de ce patrimoine commun firent l'objet de nombreuses règlementations. Aujourd'hui encore, des associations syndicales autorisées veillent au bon fonctionnement des quelque 120 kilomètres existant.
Mais les torrents tumultueux de la vallée offraient d'autres possibilités d'exploitation. La force qu'ils dégageaient servit à faire fonctionner des machines. De petites industries se développèrent en particulier le travail du chanvre et de la laine. Au début du 19e siècle, trois fabriques employaient 60 ouvriers sur la commune.
Les Blanchard, foulonniers depuis le 16e siècle, en établirent une importante, qui fonctionna de 1906 à 1968. Ils achetaient la laine brute aux producteurs locaux. Les opérations de foulage, de cardage et de filage se faisaient dans le grand bâtiment établi au bord de la Guisane. Avec ce fil, ils fabriquaient des draps de laine réputés jusqu'à Grenoble et Paris, grâce à une dernière étape de battage et de feutrage qui venait resserrer les fibres et rendaient l'étoffe souple et imperméable.
En 1976, la coopérative Longo Maï acheta la filature qui reprit du service. De nos jours, elle transforme en couvertures, pulls, chemises aux couleurs naturelles environ 12 tonnes de laine et de mohair par an. L'énergie provient toujours de la Guisane par l'intermédiaire d'une turbine produisant l'électricité nécessaire au fonctionnement des machines.
Retour haut de page