Saint-Chaffrey >

Chapelle Saint-Arnould

Version mobile
English Italien

Chapelle Saint-Arnould

Deux paroisses se partageaient autrefois cette communauté 

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Deux paroisses se partageaient autrefois cette communauté : celle de Chantemerle avec l'église Saint-Jacques-le-Majeur et celle de Saint-Chaffrey avec l'église consacrée à sanctus theofredus ou saint Chaffre en langue d'oc, abbé natif d'orange et martyrisé en Auvergne. Une première église est mentionnée dès le début du 12e siècle : l'actuelle chapelle Saint-Arnould, située tout en haut du hameau près de l'ancienne voie romaine, encore bien visible de nos jours. Jusqu'à la fin du 19e siècle, sur l'esplanade qui l'entoure, prenait place un cimetière. Il faut imaginer un bâtiment beaucoup plus grand avec sans doute deux nefs, comme en témoignent les arrachements des arcs présents sur la façade sud. Le clocher primitif a disparu. L'actuel a été érigé dans les années 1980 pour signifier au passant qu'il s'agit bien d'une église et non d'une bâtisse ordinaire.
De plan rectangulaire, elle se compose d'une nef couverte d'un plafond en lambris, d'une abside semi-circulaire voûtée en cul-de four et d'une chapelle latérale de style gothique datée du 15e siècle. Certains éléments sculptés ornant les chapiteaux de la nef, remonteraient au 12e siècle, en particulier une tête d'homme et un mufle de lion. Des fresques du 15e siècle, représentant la vie de saint Sébastien, ont été miraculeusement préservées. Ce saint était très présent dans la foi catholique car, avec saint Roch, les fidèles l'invoquaient pour se protéger des épidémies de peste. La maladie, véhiculée par les voyageurs a touché par trois fois Saint-Chaffrey : au Moyen-âge, au milieu du 16e siècle et de nouveau en 1629.
La nouvelle église fut construite en 1536, lorsque le village se déplaça vers le bas. Son clocher, très haut, la signale dans le paysage. Il est particulièrement élégant avec sa flèche de pierre à deux étages de baies triples. L'édifice, remanié aux 18e et 19e siècles, est constitué de trois nefs couvertes de voûtes d'arêtes ornées d'un décor peint.
Retour haut de page