Saint Brieuc : au pays de la coquille Saint Jacques >

Place du Général de Gaulle

Version mobile
English

Place du Général de Gaulle

L'histoire de Saint-Brieuc est avant tout celle d'un évêché qui a dû combattre contre de nombreux adversaires...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes Place Charles de Gaulle
Positionnez-vous dos aux grilles de la préfecture, face à la Cathédrale Saint-Étienne.
Garin de Lamorflan : sur une vaste place, se dresse majestueux, l'énorme massif de la cathédrale. Une porte d'un beau style du 13e siècle, sous un porche à demi ruiné ; deux tours colossales, toutes nues, sévères et formidables, rappellent suffisamment que le saint asile fut plutôt autrefois considéré comme une forteresse que comme un temple. C'était l'époque où l'Eglise propageait la foi, le glaive au poing et l'arme en tête : les cathédrales de ces temps-là semblent avoir mis, elles aussi, leur cuirasse.
Garin de Lamorflan notre voyageur du 19e ne croit pas si bien dire...
L'histoire de Saint-Brieuc est avant tout celle d'un évêché qui a dû combattre contre de nombreux adversaires, et notamment, les Ducs de Bretagne...
Les nuits de pleine lune, il arrive que l'âme de l'évêque le plus célèbre de Saint-Brieuc - Guillaume Pinchon - s'échappe des tours de la cathédrale. Le vent de mer amène alors des bribes de ses confidences jusqu'à nos oreilles ...
Moi, Guillaume Pinchon, j'arrive dans l'histoire de Saint-Brieuc au 13e siècle et je mets tout en oeuvre pour que la cathédrale alors en bois devienne une forteresse invincible. Notre ville perchée sur son plateau n'a jamais eu besoin de remparts. Et lorsque l'ennemi avançait, on le voyait venir de loin...
La cathédrale que je fais construire viendra à bout de bon nombre d'assauts et ...de saccages. A la Révolution française, on la transforme même en fabrique de salpêtre !... Et pourtant, regardez... Elle est toujours droite et fière avec ses deux tours : celle de Brieuc à gauche et celle de Marie à droite...
... Si vous visitez la cathédrale à la fois romane et gothique, vous admirerez j'en suis sûr ses vitraux, son retable en bois - le plus beau des Côtes d'Armor- et son buffet d'orgues magnifiques...
... Lorsque mon esprit flotte sur Saint-Brieuc, je me revois trouver miraculeusement des vivres lors d'une famine, et en faire une soupe pour mes chers diocésains... Je revois aussi mon ennemi juré, le Duc de Bretagne Pierre Mauclerc, qui s'empare de la ville et me condamne à l'exil. Mais je reviens victorieux et dédie alors la cathédrale à Saint-Etienne...
S'interrompant. Mais le jour qui se lève nuit aux esprits et je dois vous quitter... A regret, croyez-moi, à regret...
Regardez à votre droite : l'Hôtel de Ville.
Cette place réunit à elle seule toutes les époques : sa cathédrale du Moyen Age, son Hôtel de Ville du 19e et la préfecture construite dans les années 1970.
La mairie coiffée de son campanile a des allures de décor de comédie musicale. Son architecture révèle l'essor de Saint-Brieuc au 19e siècle. La poste et le théâtre que nous verrons plus tard possèdent le même esprit de construction...
... Mais avant que le théâtre ne soit bâti, c'est dans la mairie que l'on jouait la comédie !...
Retournez-vous à présent complètement face à la Préfecture qui est derrière vous...
Vous voyez devant le bâtiment la frise sculptée par l'artiste Francis Renaud ? Elle date des années 1980 et représente la quête du Saint Graal par les Chevaliers de la table Ronde...
Mais qu'est-ce le Saint Graal exactement ?
1. Un talisman, un objet merveilleux ?
2. La coupe de la Cène qui recueille le sang du Christ crucifié ?
3. Ou encore pour les héros de la Table Ronde, le plat de viande que chaque chevalier préfère, et qui se transforme en corne d'abondance ?
Vous avez trouvé ?
Eh bien toutes ces hypothèses sont valables ! Amusez-vous à reconnaître sur la sculpture les épisodes des aventures de Lancelot du lac et de la Fée Morgane dans la Forêt de Brocéliande !
Regardez sur votre gauche... La Tour Saint-Esprit avec son double toit pointu rappelle l'emplacement des anciennes habitations des chanoines du 15e siècle.
Pour vous rendre à notre prochaine étape, vous prendrez la rue entre la Cathédrale et l'Hôtel de Ville. Vous passerez alors devant le Pavillon de Bellescyze, résidence de l'Evêque.
Le Pavillon de Bellescyze a été construit comme son nom l'indique par un évêque lyonnais Monseigneur Hugues Régnault de Bellescyze quelques temps avant la Révolution française. Alors son projet avait été de restaurer l'ancienne résidence épiscopale qui était très étendue et qui était aménagée parallèlement à la longère Sud de la cathédrale. Jugé trop vétuste et trop exigu, le bâtiment va donc commencer une restauration complète au 18e siècle mais malheureusement la Révolution va sonner le glas des travaux et de l'immense pavillon prévu à l'origine ne sera construite qu'une seule aile. C'est cette jolie façade galbée que l'on voit aujourd'hui...
Dirigeons nous maintenant vers la place de la Résistance où la musique bat son plein et où les grenouilles aiment chanter.
Prenez la rue entre la Cathédrale et l'Hôtel de Ville. Longez la cathédrale puis allez jusqu'à la pâtisserie de style Renaissance que vous voyez devant vous. Prenez à droite la rue de Rohan. Puis à gauche la rue Michelet. Vous arrivez Place de la Résistance. Placez-vous en son centre au milieu du parking...
Retour haut de page