Saint Brieuc : au pays de la coquille Saint Jacques >

Place de la Résistance

Version mobile
English

Place de la Résistance

Les seules à se réjouir d'un tel cloaque sont les grenouilles qui ont élu domicile sur le plateau par milliers...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes au centre de la place de la Résistance, au milieu du parking.
Voix féminines et masculines :
Grenouilles, grenouilles, taisez-vous !... Laissez Monseigneur dormir !...
La Place de la Résistance était autrefois... la grenouillère de Saint-Brieuc !...
Replongez-vous au coeur du 17e siècle.
Nous voilà sur un plateau intermédiaire où l'eau des collines alentour vient stagner avant de s'écouler très, très lentement vers le port.
Nous sommes au coeur du marécage avec de l'eau et de la boue jusqu'à mi-jambe, et juste quelques ponts de bois aident à s'extraire de la vase...
Les seules à se réjouir d'un tel cloaque sont les grenouilles qui ont élu domicile sur le plateau par milliers, et n'hésitent pas -dès la nuit tombée -à crier en choeur dans un ronflement formidable !...
Villageois : Maudites grenouilles, elles beuglent comme des vaches !...
Villageoise : Même de taper avec des pieux sur les marches en pierre, ça ne les fait pas taire ! ...
Villageois : Pourtant c'est l'ordre de Monseigneur l'Evêque : taper la nuit sur les murs environnants et les faire taire, ces satanées grenouilles !...
Villageoise : Tout ça pour que l'Evêque puisse dormir en paix !...
Voix féminines et masculines nombreuses :
Grenouilles, grenouilles, taisez-vous !... Laissez Monseigneur dormir !...
A votre droite...
L'Hôtel de la poste date de 1910...
Les travaux du bâtiment sont considérablement retardés à cause de l'humidité ambiante, et il faudra près de 10 ans pour que les bureaux de la poste parviennent enfin à ouvrir !...
Observez les allégories sur le fronton autour de la pendule de l'établissement. Que représentent-elles à votre avis ?... Des divinités de l'Olympe ?...
Pas du tout !... Á droite, c'est une téléphoniste qui brandit un combiné dans sa main !... Á gauche, un télégraphiste avec son clavier alphabétique et ses fils électriques !...
Tournez maintenant le dos à la Poste et regardez le théâtre
Petit bâtiment dit à l'italienne de 1884, le théâtre municipal voit son intérieur aménagé par deux décorateurs de l'Opéra Garnier de Paris : Lavastre et Carpezat.
Sur la façade, un jeu de statues et de masques représente la comédie avec le rire, et la tragédie avec les pleurs.
Et sur le blason qui orne le bâtiment : le griffon !
Souvenez-vous, l'animal imaginaire mi aigle mi lion symbole de Saint-Brieuc !
Le théâtre d'hier se relie à l'art vivant d'aujourd'hui grâce à la Salle de la Passerelle construite dans les années 1980 dans le prolongement du théâtre municipal. La salle accueille entre autres le célèbre Festival Art Rock.
Jean-Michel Boinet son directeur, nous confie l'histoire et l'esprit de ce rendez-vous artistique international...
Le Festival Art Rock a été créé en 1983 dans cette cité briochine. En fait, moi j'y suis natif et je connais bien Saint-Brieuc et j'avais envie de monter une manifestation qui soit une manifestation pluridisciplinaire, c'est-à-dire ouverte à une musique d'aujourd'hui avec des artistes internationaux, des artistes régionaux, des artistes nationaux... Un éventail de programmations musicales qui va de Miles Davis à un groupe rap new-yorkais, et puis à côté de ça d'avoir des invités prestigieux du monde du théâtre ou de la danse. Des gens comme Philippe Decouflé ou Royal de Luxe... Le festival accueille environ chaque année soixante mille spectateurs et nous y présentons environ une cinquantaine ou une soixantaine de projets artistiques...
Jean-Michel Boinet se souvient du passage de Björk , la rock star islandaise...
Oui, nous avons eu le plaisir d'accueillir Björk. C'était en 1988 au début de sa carrière. Elle était avec un groupe qui s'appelait Sugar Cubes, un groupe islandais. Et donc elle est arrivée pour donner un concert mythique au festival, mais je trouve que le plus grand souvenir qu'il me reste de son passage à Saint-Brieuc au festival Art Rock, c'était le fait qu'elle était habillée en fourrure synthétique blanche et en fait, elle m'avait demandé un magasin de vélo parce qu'elle souhaitait offrir un cadeau à sa fille. Donc je l'ai accompagnée au magasin qui s'appelait Marie qui existait à la fin des années 80, et elle a acheté un vélo pour sa fille...
Saint-Brieuc sait allier le dynamisme culturel à la douceur de vivre. N'hésitez pas à visiter toutes les places de la ville. Allez-y, partez à la découverte et perdez-vous dans le dédale des rues piétonnes et des passages enchevêtrés !
Mais au fait, comment appelle-t-on les habitants de Saint-Brieuc ?
Les habitants de Saint-Brieuc... Les Briois et les Brioises, je ne sais pas...
Euh, les habitants de Saint-Brieuc... Non, je ne sais pas... Les Saint-Brie ou les Saint-Brice peut-être... Non, peut-être pas je ne sais pas... Les bréches ou les bréchois peut-être...
Euh, les Saint-Brieuc ou les Saint-Brieuses ?...
La réponse est plus gourmande que ça. Les habitants de Saint-Brieuc sont les briochins et les briochines...
Dans la rue de Pierre le Gorrec à droite le Musée d'Art et d'Histoire vous attend.
Installé dans l'ancienne gendarmerie, le Musée d'Art et d'Histoire met en lumière Saint-Brieuc et les Côtes d'Armor. Une architecture spacieuse abrite de riches collections d'art, d'ethnographie. Des maquettes et des films racontent l'histoire de la ville et du département de leur création jusqu'à aujourd'hui. Prenez le temps de le visiter !...
Allons maintenant à la rencontre de deux célébrités briochines : l'écrivain Louis Guilloux et l'ingénieur des Ponts et Chaussées Harel de la Noû. Retrouvons-les dans un cadre idyllique : le Parc des promenades !...
Prenez à gauche du théâtre la rue Jouallan. à l'angle du Monoprix, Puis empruntez la première artère à droite, la rue Saint oeGuillaume ..."La Saint-Gui" comme l'appellent les Briochins
Ensuite prenez la première à droite : la rue des Promenades. Á son extrémité, les grilles du Parc des Promenades. Pénétrez dans les jardins.
Retour haut de page