Saint-Amand-sur-Fion >

Saint-Amand sur Fion - L'église

Version mobile
English Néerlandais Deutsch

Saint-Amand sur Fion - L'église

"La merveille", l'église, classée Monument historique a été construite de 1138 à 1147.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'imposante église de Saint-Amand Sur Fion date du 12ème siècle.
Elle a été érigée à quelques pas de cet affluent de la Marne qui coule paisiblement derrière l'édifice. Il n'a jamais connu d'inondation, ni de sècheresse. Jadis, il alimentait jusqu'à six moulins dans le seul village de Saint-Amand...
Vous ne trouvez pas que cette église a des airs de ressemblance avec la cathédrale de Chalons ? Rien d'étonnant, ce sont les chanoines de cette même cathédrale qui ont décidé de sa construction.
A l'avant se trouve la partie romane, la plus ancienne.
Avec ses sept arcades, le porche a des allures de cloître !
Aujourd'hui, c'est l'endroit où les jeunes mariés reçoivent les félicitations de leurs invités...
Sur l'arc, au-dessus de l'entrée, on aperçoit des petites fleurs rouges. Ces peintures datent du 12ème siècle.
Et si les colonnades, elles, sont roses, c'est que le calcaire a rougi lors d'incendies.
En effet, à plusieurs reprises, cette église a connu les flammes. C'est pourquoi elle a été en partie reconstruite, cette fois dans un style gothique. En la contournant par la droite, on peut d'ailleurs voir des rosaces et des gargouilles.
A l'arrière, on trouve une partie construite en pans de bois, comme la plupart des maisons du village. C'est la sacristie.
Une fois dans l'église, face à l'autel, jetez un oeil au troisième chapiteau sur la gauche. A mi-hauteur, des sculptures représentent la vigne, ainsi que ses ennemis : l'oiseau, l'escargot, ou encore le lièvre...
Il manque le phylloxera, un puceron qui pourtant, fin 19ème, a ravagé les 380 hectares de vignes que comptait Saint Amand.
Un tournant important dans l'histoire du village et de ses habitants, comme nous l'explique Monique Fuinel, la présidente de l'association " Promouvoir Saint-Amand ".
De vignerons, il a fallu qu'ils trouvent un autre métier, qu'ils deviennent agriculteurs. Si bien que, les premiers hivers, ils sont allés chercher dans les communes avoisinantes où on faisait de l'élevage de bovins de jeunes bêtes pour les engraisser pendant l'hiver. Et ces jeunes bêtes, par ici, on les appelle des Godins. Et depuis cette époque, les habitants de Saint-Amand s'appellent des Godins.
La vigne a réapparu dans les années 1970 en cette région que l'on nomme les Cotes de champagne.
Certains, comme Bernard Lonclas, vigneron à Bassuet, ont ainsi fondé leur propre maison en tirant profit d'un sol exceptionnel. Bernard Lonclas.
Nous possédons la craie la plus tendre et la plus blanche de la Champagne. C'est l'équivalent des craies que les écoliers utilisent pour écrire au tableau. Alors, cette craie elle a la capacité d'absorber les excès d'eau en période surtout hivernale. C'est un vrai accumulateur, comme des éponges. Et donc en période estivale, et bien, cette craie restitue au système racinaires la vie du sol. Même en période de canicule, on n'a pas de sècheresse sur le feuillage et on a même un grossissement du raisin qui est vraiment remarquable.
Les Cotes de champagne possèdent des exploitations souvent très modernes. Leurs vins, notamment les " blanc de blanc ", jouent désormais dans la cour des grands. N'hésitez pas à les déguster !... Avec modération...
Merci de continuer votre visite. A bientôt
Retour haut de page