Le Sacré-Coeur >

La crypte

Version mobile
English

La crypte

Rencontre avec ceux qui ont fait l'histoire de la Basilique

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La crypte. Devant le panneau crypte.
En passant devant la porte en bronze, vous pouvez apercevoir, en contrebas sur votre droite, la première pierre de la basilique . Elle a été posée le 16 juin 1875 par le Cardinal Guibert.
Mais dès les débuts de la construction les problèmes s'accumulent. Le Recteur de la Basilique :
On commence à construire, mais en-dessous il y a des carrières, et il faut d'abord faire des fondations considérables. On va donc réaliser 83 piliers de 33 mètres de profondeur pour atteindre la roche.
...La basilique est donc construite sur pilotis !
D'où cette immense crypte pour consolider l'édifice... Aussi grande que la basilique.
En vous promenant dans la crypte, vous irez à la rencontre de ceux qui ont marqué l'histoire de la basilique. Le père Jean Laverton :
On trouve entre autre dans cette crypte, les tombes des deux cardinaux qui étaient des archevêques de Paris de l'époque. Les cardinaux Guibert et Richard sont enterrés ici parce qu'ils ont porté ce projet pendant de nombreuses années. Et il y a aussi un monument à la mémoire du cardinal Amette qui a été aussi un de ceux qui a contribué à ce projet
Trois cardinaux !?! Mais combien de temps a duré la construction ?
Plus de 40 ans ! Et puis, la première guerre mondiale a éclaté... La consécration de la Basilique par le Légat du Pape n'aura finalement lieu que le 16 octobre 1919 !
Continuons notre visite dans la crypte : c'est aussi là que se trouve l'urne contenant le coeur de l'initiateur du Voeu National, Alexandre Legentil.
Et un peu plus loin, dans la chapelle de la Sainte Famille, vous pourrez voir une statue du Sacré-Coeur, les bras grands ouverts, qui a inspiré Charles de Foucauld, venu prier ici, pour dessiner le Christ qui ornera sa chapelle à Beni Abbés, en Afrique du Nord, au tout début du 20ème siècle. Ce dessin a inspiré à son tour la statue du Sacré-Coeur de l'Autel Saint Pierre.
C'est aussi, ici dans cette crypte que Sainte Thérèse a participé à la messe de départ de son pèlerinage vers Rome en 1887. Elle a tellement été marquée par la construction de ce lieu, qu'elle a envoyé son bracelet en or pour la confection du grand ostensoir de la Basilique.
Vous entendez ?? C'est la Savoyarde, l'une des plus grosses cloches du monde : 19 tonnes. Elle a été offerte par la Savoie en 1895. Après avoir gravi les 300 marches pour monter au dôme, vous pouvez apercevoir le campanile où elle se trouve. Elle annonce la messe de 11h et d'autres célébrations chaque dimanche et les jours de fêtes.
J'imagine qu'on doit l'entendre à plusieurs kilomètres à la ronde...
Oui, la basilique s'entend et se voit de très loin, de jour comme de nuit, grâce à la lanterne au sommet du Dôme, qui symbolise la prière perpétuelle dans ce sanctuaire. Le père Laverton :
Oui c'est assez extraordinaire, en effet, il y a des gens dans Paris, depuis leur toit ou leur fenêtre, qui voient cette lanterne allumée au sommet de la basilique. Et pour eux, c'est une sorte de grand signe. C'est une relation de communion dans la prière, de communion dans la présence, une relation de confiance. Régulièrement nous recevons des témoignages, en particulier de personnes seules, malade ou âgées, qui nous disent combien cette lumière dans la nuit est pour elles un réconfort, une source d'espérance. Elles savent qu'ici, en permanence, quelqu'un prie pour elles, qu'ici, la vie ne s'arrête jamais, que la vie de dieu est toujours offerte, présente.
Retour haut de page