Rue (Baie de Somme) >

Le petit port

Version mobile
English

Le petit port

Rue est située à 8 km de la mer.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le petit port
Nous sommes assis sur un petit banc face à la rivière " La Maye " à la jonction de la rue des Remparts et de la rue du Bastion...
Rue est située à 8 km de la mer. Pendant des siècles, la cité ouvrait sur une longue baie : la baie de la Maye. Puis, tels deux bras de terre qui se sont refermés autour de la ville, le sable a séparé Rue du littoral.
Karine Bellart nous entraîne à l'époque où Rue est encore un port maritime. On l'accompagne ?...
Ici devant vous, se trouve la rivière La Maye, et les Ruens au 13e et 14e siècle, ont un petit souci. C'est que le port maritime qui est situé à l'ouest, s'ensable. Donc les Ruens doivent trouver une nouvelle solution pour aller chercher les marchandises au pied des bateaux. Ils vont donc utiliser la rivière La Maye qu'ils empruntent au moyen de barques à fond plat. (...)
Donc, les cargaisons ici rapportées par la suite permettaient un débarquement à proximité des quartiers commerçants de la ville !
Au temps où Rue était un port de mer prospère, on raconte une belle aventure. L'histoire mouvementée d'une belle demoiselle nommée Adèle
Voix conteuse : Il était une fois le comte Jean de Ponthieu qui avait pour ennemi juré Bernard, Seigneur de Saint Valéry. Pour apaiser leurs querelles, Jean offrit sa fille Adèle au fils aîné de Bernard. L'aîné était vieux et laid. Par bonheur, il décéda quelques jours avant le mariage. Bernard de Saint Valéry proposa alors son fils cadet, Thomas. Adèle tomba aussitôt sous le charme du beau jeune homme ! Bien vite, les amoureux se mirent à batifoler en échappant à la surveillance des gardes du comte Jean de Ponthieu qui possédait un grand sens de l'honneur.
Voix conteur : Un jour, alors que les gardes somnolaient, ils furent réveillés par des cris stridents ! Ils retrouvèrent la pauvre Adèle violentée par des brigands et Thomas ligoté, désemparé. Le lendemain, Jean de Ponthieu emmena sa fille en promenade en mer. Pour laver le déshonneur de sa famille, il ordonna à ses hommes d'enfermer Adèle dans un tonneau et de la jeter par-dessus bord. Le tonneau flotta sur l'eau, et croisa un navire flamand. Les marins repêchèrent Adèle, prirent en pitié l'infortunée, et accostèrent dans le port de Rue.
Voix conteuse : Les Ruens accoururent et entourèrent Adèle de 1000 soins. Jean de Ponthieu, ému par tant de sollicitude, leur proposa alors la vente des droits communaux. Droits symbolisés encore de nos jours par le beffroi. Quant à Thomas, il retrouva son Adèle adorée. Les deux jeunes gens s'aimèrent follement et eurent... beaucoup d'enfants !
Eh oui, à Rue toutes les histoires, même les plus rocambolesques, finissent toujours par s'arranger.
Partons maintenant vers la chapelle du Saint Esprit, témoin sublime de l'art gothique flamboyant picard ! Merci de continuer votre visite. ? bientôt.
Retour haut de page