Rue (Baie de Somme) >

Le beffroi

Version mobile
English

Le beffroi

Nous sommes rue Ernest Dumont sur le trottoir en face du beffroi...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Le Beffroi
Nous sommes rue Ernest Dumont sur le trottoir en face du beffroi...
Un nom de ville en 3 lettres synonyme de " voie " avec un " e " ?...
...Rue !
Gagné ! Mais rien à voir avec une voie de circulation!
Rue vient de " RU... isseau " car les premiers habitants se sont installés ici sur une butte située face à la mer, le long du RU.
Regardons à présent le beffroi...
Cette tour qui se dresse devant nous avec sa vingtaine de mètres de hauteur a l'air d'un petit château tout droit sorti d'un conte de fée. Pourtant, il s'agit bien d'un beffroi !
Vous voyez sa tour centrale ?... On la nomme aussi tour d'échevinage à partir du 12e siècle. Karine Bellart, guide à l'Office de Tourisme de Rue, nous en dit plus
? cette époque, les artisans qui étaient riches ici à Rue, vont acheter la liberté communale. Et cette liberté, ils la monnayent. 640 livres à payer chaque année au comte Jean de Ponthieu et à sa descendance. Et bien sûr, nous avons ces bourgeois échevins qui veulent absolument marquer ce pouvoir par une tour. Donc, dans la rue de l'échevinage, le beffroi va faire face au pouvoir religieux marqué par l'église. Et dans certaines villes, face au donjon marquant le pouvoir seigneurial.
Les bourgeois s'organisent pour exercer au mieux leur autorité. Ils élisent 25 échevins qui ont le droit d'administrer la cité pendant un an. Cette élection a lieu le jour de Quasimodo, le dimanche d'après Pâques !
Imaginez le beffroi au Moyen Age : une tour massive et austère, dont l'aspect change au XIXème siècle.
Au 19e siècle, la tour de beffroi qui est très simple va s'embellir. Elle est embellie par des bâtiments annexes de part et d'autre de la tour centrale en pierre calcaire pour accueillir la mairie jusqu'en 1969. Et la partie supérieure accueille un campanile. Et voilà qu'une cloche de l'église qui s'appelle Marie Louise, pesant une tonne 4, est transférée depuis l'église jusqu'au beffroi afin de sonner 3 fois par jour l'Angélus. Et le comble de cette histoire, c'est que le beffroi a toujours accueilli jusque-là des cloches civiles !
Preuve que les différents pouvoirs peuvent s'entendre en musique !
Nous retrouverons le beffroi au fil de la visite. Il se transformera... en tour défensive !
Partons maintenant vers la chapelle de l'hospice à la recherche des traces de l'art gothique ! Merci de continuer votre visite. ? bientôt.
Retour haut de page