Route du Blé : terre de culture sur la route des moulins >

Ymonville

Version mobile
English

Ymonville

Le moulin pivot en bois qui se dresse devant nous est le seul rescapé.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
RDB2_42_01_X_XX
Nous sommes à Ymonville, face au moulin,
RDB2_42_02_X_XX
A Ymonville, il y avait 4 moulins. Le moulin pivot en bois qui se dresse devant nous est le seul rescapé.
Comment les autres ont-ils disparu ? Victimes de guerre.
Tout d'abord la guerre de 1870 entre français et Prussiens.
Etienne Coudière, le président de l'Association du moulin d'Ymonville nous raconte
"Le 2 décembre 1870, il faisait très froid, pour se réchauffer, les soldats avaient trouvé l'idée de mettre des bottes de paille aux ailes et d'y mettre le feu. Tout s'est embrasé, les deux moulins ont pris feu et ça s'est réduit en un tas de cendres. En mettant de la paille sur des ailes qui étaient en bois ou en toile, l'issue était fatale. "
Et puis la guerre de 1940 sera fatale au moulin qui se trouvait près du cimetière. Lui aussi va s'embraser. Un avion allemand y largue une bombe incendiaire en visant des tirailleurs sénégalais qui s'y sont abrités.
RDB2_42_03_X_XX
Ainsi, Ymonville n'a plus que ce seul moulin. Il sera restauré par une association dans les années 60. Si joliment d'ailleurs, qu'une comtesse Russe en fait sa résidence secondaire.
Et ici les gens racontent que parfois, les invités de la Comtesse dormaient dans les petites cabanes installées autour du moulin. (Snob) Peu confortables mais tellement pittoresques !
En fait, ce sont des cabanes de bergers. En effet, en Beauce, pendant longtemps, l'élevage du mouton est très répandu et le rôle du berger important. A la ferme, cet homme est d'ailleurs toujours le mieux payé.
RDB2_42_04_1_XX
(reconstitution berger un peu bourru) Ah. Je me disais bien que j'avais vu quelqu'un.
Vous admirez ma troupe ? Mon troupeau quoi !
Oh, ça ? C'est ma cabane. Elle me suit partout. Là que j'dors la nuit.quoi. Et quand j'entends un bruit pas clair...Voyez, je peux surveiller par ce petit trou.
Et puis, il y a mon chien. Belle bête hein ? Si vous l'aviez vu y a quelques années avec son collier à pointes ! Les loups ne l'approchaient pas, croyez moi. ! C'est le Beauceron ça...
Pour en savoir plus sur le Beauceron, chien de berger, appuyez sur la touche Etoile
RDB3_42_04_X_01
Un " gentilhomme campagnard " ! Voila comment l'écrivain Colette avait dressé le portrait de son chien. Le Beauceron, le Berger de Beauce ou encore le Bas Rouge, a le pelage court, couleur noir et feu. C'est le chien idéal pour discipliner un troupeau de mouton. Quand un bélier veut lui tenir tête, c'est toujours le Beauceron qui l'emporte.
Et connaissez vous la légende qu'on raconte à propos de ce chien ?
L'histoire remonterait au 17ème siècle, en Beauce. Après une longue journée de travail, Anthelme, un pauvre paysan rencontre sur sa route, le diable. Celui-ci lui offre la richesse et l'aisance s'il donne son prochain enfant à naître. Anthelme, terrifié, est obligé d'accepter. Mais quand vient le moment de l'échange, Anthelme - qui ne veut pas donner son enfant et craint la colère du diable - couvre son chien avec sa cape de paysan. Le diable dans sa fureur ne se rend pas compte du subterfuge et croyant punir le paysan puni en fait son chien et le marque à ses couleurs : noir et feu.
Vous ne me croyez pas ? Observez les pattes arrière du beauceron. Au dessus du pied, à l'intérieur. Il porte un petit ergot supplémentaire. Une sorte de petit " pied fourchu ". D'où vient-il à votre avis ?
Au 19ème siècle, le chien de berger beauceron portait encore le collier à pointe retourné vers l'extérieur. Pourquoi ? Pour chasser le loup sans se faire attaquer au collet. Aujourd'hui, le loup a disparu de Beauce.
Le dernier a été abattu en 1909 près de Chateaudun.
RDB2_42_05_X_XX
Zoom sur le mouton en Beauce ((ton journalistique à la France info)
A l'origine, le mouton sert à la culture du blé. Pendant l'hiver, il produit du fumier que les fermiers répandent ensuite dans les champs sur la terre qui est très pauvre. Aux beaux jours, les troupeaux restent dans les prés et l'herbe rase qui y pousse convient parfaitement à leur alimentation.
Le mouton qui arrache les mauvaises herbes est un véritable désherbant à 4 pattes !
Avant la révolution française, le mouton de Beauce n'est donc pas recherché pour sa viande, ni pour sa laine. Les bêtes sont chétives, à poils durs.
Avec l'importation du Mérinos venu d'Espagne, la race va évoluer.
Vers le milieu du 19ème siècle, on obtient le mouton " Ile de France ". Cette fois, les bêtes donnent à la fois de la bonne viande et de la bonne laine.
L'activité devient rentable. Les troupeaux grossissent. Jacques Guillaumin se souvient que son arrière grand père a élevé parfois 800 moutons dans sa bergerie. Et voici d'ailleurs ce qu'on raconte dans un journal de Chartres au sujet des foires aux bestiaux :
RDB2_42_06_X_XX
" Certains jours tel que le 16 juillet 1840, il a été présenté 37 818 moutons et béliers. C'est précis ! Dont 220 béliers à 150 à 200 francs. Le 24 août, à la foire de St Barthélemy, 52 175 moutons et béliers, 80 tonnes et demi de laine ! Je vous donne le cumul pour l'année : il a été présenté à Chartres 171 329 moutons ... en une année, 209 tonnes de laine. Et 209 tonnes de laine, vu que ça pèse pas lourd, ça fait beaucoup de voitures, vous pouvez imaginer tous ces moutons arrivés à pied et toute la laine dans les voitures, ça faisait de beaux embouteillages à Chartres ! "
Ce même journal raconte que le 27 juin 1840, il a fallu 71 grosses voitures et 262 carrioles pour transporter la laine des moutons vendue à la foire.
Aujourd'hui, le commerce de la laine n'est plus rentable ici. Concurrence, évolution de l'industrie textile, les derniers moutons de Beauce ont été dispersés et il n'y a plus que les enfants pour compter ici les moutons jusqu'à 100.
RDB2_42_07_1_XX
Bien, pour connaître les informations de guidage vers Le Puizet, Janville et ses batailles médiévales, notre prochaine étape, appuyez sur la touche étoile de votre téléphone... C'est à vous !
RDB3_42_07_X_01
Du moulin à Vent, rattrappez la RN 154 en tournant à droite vers Allaines.
Au rond-point d'Allaines, prenez à gauche vers Janville.
Quand vous arrivez au Puiset, prenez à gauche, direction Trancrainville, puis à droite, place de l'église. Là il y a un terrain de boule et des bancs sous les tilleuls, nous vous y attendons
RDB2_42_08_X_XX
Merci de continuer votre visite de la Route du Blé avec Allovisit, nous attendons votre appel.
Retour haut de page