Route du Blé : terre de culture sur la route des moulins >

Toury

Version mobile
English

Toury

En 1927 - c'était la grande époque de la sucrerie de Toury !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
RDB2_44_01_X_XX
Nous sommes à la sucrerie de Toury. Installez vous sous la passerelle qui traverse la route.
RDB2_44_02_X_XX
Cette sucrerie a été créée en 1875. A l'époque, l'usine venait d'être transférée de la région de Nancy. L'affaire avait été conclue officiellement:
" Il a été convenu et arrêté ce qui suit : l'usine sise à Nomény serait transportée à Toury (Eure et Loire). Il a été convenu que ce transport aurait lieu dans le courant de 1874 oe 1875... "
Le déménagement coûte 480 000 francs de l'époque.
Regardez derrière vous le bâtiment en brique.
Lui aussi a été démonté dans le nord de la France puis remonté ici, brique par brique. Aujourd'hui il abrite deux grandes chaudières qui fabriquent de la vapeur utilisée dans la fabrication du sucre.

RDB2_44_03_X_XX
En 1927 - c'était la grande époque de la sucrerie de Toury- pendant la récolte de la betterave, 900 personnes travaillaient sur le site !
A l'époque, il n'y avait pas de camions pour transporter les betteraves jusqu'à la sucrerie mais un vrai défilé de voitures tirées par des chevaux. Les anciens se souviennent aussi du petit train qui faisait le tour de la commune et des 75 bascules pour récupérer les betteraves.
Imaginez un peu l'ambiance ici pendant la campagne sucrière, les ouvriers étaient partout ! On les voyait aussi dans les rues, dans les cafés. A l'usine, trois cantines étaient ouvertes pour eux. Ca ressemblait à une grande famille

RDB2_44_04_X_XX
Une grande famille avec plusieurs générations. A la sucrerie de Toury, on est embauché souvent de père en fils. C'est le cas d'André Gejou qui est même né dans une maison qui appartenait à la sucrerie. Aujourd'hui, il est à la retraite mais il se souvient encore de son arrivée à l'usine
" J'avais 18 ans. Je suis entré comme manoeuvre, j'étais heureux comme un roi parce que je faisais une paie potable vis-à-vis de ce que je gagnais ailleurs. J'ai trouvé une bonne ambiance, je me suis mis au boulot et puis voila... Mon père était déjà à la sucrerie. Il est entré en 31 je crois... On entrait de générations en générations, quelque fois sur plusieurs générations. C'était comme ça à cette époque. On était vraiment attaché au boulot et à son entreprise. Ca a été toute ma vie et je m'y intéresse toujours vu que j'ai encore deux gendres qui y travaille. "
RDB2_44_05_X_XX
Regardez au dessus de vous la passerelle qui traverse la route.
C'est une sortie de tapis roulant sur lequel les betteraves avancent vers l'atelier de lavage. 450 à 550 tonnes de betteraves circulent ainsi à chaque heure pour être débarrassées de la terre, des pierres et des herbes. Une betterave toute propre !
Mais le plus long reste à faire : extraire le sucre.
D'abord dans un bain à 75 degrés, il prend la forme d'un jus qu'on va ensuite épurer, concentrer et enfin cristalliser.
Et voila les grains de sucre ! Ils sont tout petits : 0,6 mm.
On va enfin les nettoyer encore puis les sécher et enfin les stocker.
Et à votre avis, combien de temps pour fabriquer ce sucre? 12 heures. L'usine démarre à 5h du matin et vers 17h, le sucre commence à couler.
RDB2_44_06_1_XX
Tout ce sucre repart alors en camions ou en wagons.
Un produit très rentable. En Beauce, il parait même qu'on bat des records : 14 tonnes de sucre pour chaque hectare cultivé.
Et puis ici avec la betterave, on ne fait pas que du sucre.
On fabrique aussi de l'alcool. Le directeur de l'usine, Marcel Jolou dit souvent que dans la betterave, tout est bon. On utilise tout :
"La pierre est recyclée pour faire des empierrement de chemin. Les herbes en alimentation animale, l'eau va servir à l'irrigation sur les betteraves au mois de juillet août, la mélasse va faire de l'alcool, ... donc on récupère bien tout, non seulement de la betterave mais aussi tout ce qui est apporté dans le camion qui apporte la betterave. "
Et on peut même faire rouler le camion ! Avec le biocarburant. On le fabrique grâce à la fermentation des sucres contenus dans les plantes comme la betterave.
Vous voulez tester vos connaissances sur le sucre ? appuyez sur la touche Etoile
RDB3_44_06_X_01
Vous croyez peut être tout connaître du sucre ? petit test de connaissances :
D'abord, quel est le nom scientifique du sucre ?
Euh... la saccharose ?
Oui, mais vous auriez pu dire aussi : C12 H22 O11 : Du carbone, de l'Hydrogène et de l'Oxygène. Mais les savants disent eux que le sucre c'est du D-glucopyranosyl-D-fructofuranose. Vous pouvez répéter ?
Non je vous crois sur parole.
Plus simple: combien pèse un carré de sucre ?
Pas très lourd mais je ne sais pas ... une dizaine de grammes.
Pas mal ! 15 grammes en fait.
Et, pourquoi le sucre est-il blanc ?
Parce qu'on l'a nettoyé, on vous l'a dit !
Pas du tout ! Il est blanc à cause de la lumière qui se reflète dans les cristaux. En fait, les grains de sucre sont transparents ... comme des diamants.
Et le sucre roux alors ?
Celui là est fait avec de la canne à sucre , pas avec la betterave
Comment appelle-t-on un collectionneur d'emballage de sucre en morceau ?
Un candiphile ?
Non, un glycophile.
Et quelqu'un qui aime le sucre ?
Un gourmand bien sur...
RDB2_44_07_X_XX
Comme d'autres en France, la sucrerie de Toury fait vivre une bonne partie de la commune. C'est l'un des deux premiers employeurs du coin.
La campagne sucrière dure à peine trois mois. Elle commence à la fin du mois de septembre et se termine à Noûl. Dans les champs, on arrache les betteraves avec de machines.
Et alors même le paysage ici s'en trouve transformé, parsemé de tas de betteraves, prêtes à être transportées.
Klaxon d'un gros camion
Pendant trois mois, les camions défilent sur ces petites routes de campagne pour récupérer les betteraves et les amener à la sucrerie. On ne chôme pas parce qu'une fois récoltées, les betteraves doivent être transformées rapidement pour ne pas perdre leur richesse en sucre.
Et voila pourquoi la sucrerie est installée à la campagne, au milieu des champs !
Et il en faut de la betterave : 10 000 tonnes par jour en période de campagne. Et c'est aussi pour ça que la récolte se fait dans un rayon de 18 kilomètres autour de l'usine.
A Toury, faire du sucre et de l'alcool, même si les machines sont nombreuses aujourd'hui, c'est une activité qui fait travailler encore des centaines de personnes.
RDB2_44_08_1_XX
Bien, si vous souhaitez connaître les informations de guidage pour vous rendre à la maison de la Beauce, la prochaine étape de votre visite guidée, appuyez sur la touche étoile de votre téléphone... C'est à vous !
RDB3_44_08_X_01
De la Sucrerie, prenez la direction du centre-ville de Toury en passant sur le pont au dessus des voies ferrées.
Rue nationale, prendre la direction de Janville.
Arriver au carrefour de la RN 20, prendre tout droit direction Châteaudun, puis Orgères-en-Beauce.
La Maison de la Beauce se situe sur la place centrale du village.
RDB2_44_09_X_XX
Merci de continuer votre visite de la Route du Blé avec Allovisit, nous attendons votre appel.
Retour haut de page