Route du Blé : terre de culture sur la route des moulins >

Ouarville

Version mobile
English

Ouarville

Le Moulin de Ouarville existe depuis le 13e siècle.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
RDB2_03_01_X_XX
Nous voici devant le moulin de Ouarville, face à ses ailes.
RDB2_03_02_X_XX
Le Moulin de Ouarville existe depuis le 13e siècle. Il a été plusieurs fois reconstruit et rénové au fil du temps. Le moulin que vous voyez aujourd'hui mesure plus de 10 mètres et pèse 45 tonnes. Il a été exploité jusqu'en 1960. L'ensemble de la construction est placé sur pivot, c'est à dire que le moulin peut tourner sur 360 degrés, afin d'être bien placé face au vent en toutes circonstances.
RDB2_03_03_X_XX
" Eh, venez m'aider ! Je suis la femme du meunier. Mon mari est parti en ville et je dois tourner le moulin face au vent ! Venez avec moi derrière le moulin... Allez, le temps presse ! Vous voyez cette grande barre, derrière, qui descend jusqu'au sol ? C'est ce qu'on appelle la queue ! Et c'est ce qui permet de faire tourner le moulin ! Vous mettez vos mains dessus, vous calez vos pieds sur les pierres, là, par terre, pour vous donner plus de force et vous pouuussssssseeez !!!! Voilà, maintenant, il ne me reste plus qu'à vérifier les ailes. Vous avez vu ? Elles sont formées de planches de bois, la plupart du temps repliées. Mais quand on veut faire tourner les ailes, on actionne une petite manette à l'intérieur du moulin, et hop ! Les planches se déploient. Comme une voile de marine en fait ! En fonction de la force du vent, on écarte plus ou moins ces planches. C'est ce qu'on appelle le système Berthon, du nom de son inventeur. Ingénieux, n'est-ce pas ? "
RDB2_03_04_X_XX
Et ben ! Vous en avez mis du temps pour aider la femme du meunier ! Pourtant, vous auriez pu savoir tout de suite que son mari était parti en ville ! Je vais vous donner un petit indice : regardez bien la position des ailes du moulin lorsqu'elle sont arrêtées. Si les ailes forment un X, c'est que le meunier n'est pas dans son moulin. En revanche, si les ailes sont en forme de croix, c'est que, hélas, le meunier, ne reviendra jamais et qu'il est décédé... Enfin, si les ailes sont dans une position intermédiaire, c'est que le meunier est à l'intérieur de son moulin et que vous pouvez lui rendre visite !
RDB2_03_05_1_XX
Mais comment fonctionne un moulin ? Claude CHATIN, de l'association régionale des amis des moulins de Beauce nous en explique le mécanisme.
ITV Claude Chatin
- Pour le commun des mortels qui entre dans un moulin, il est tout de suite impressionné par l'arbre centrale qui est devant lui, qui s'appelle le bourdon. Le bourdon, cette pièce énorme de bois qui supporte l'ensemble du moulin, un moulin qui pèse plus de 40 tonnes ! Tout repose sur une pièce de bois, c'est très impressionnant !
- Quand on est dans le moulin, on a donc deux étages. Comment fonctionnent ces deux étages ?
- Alors, le moulin, le moulin de Ouarville comme l'ensemble des autres moulins, est situé sur deux niveaux. Le niveau supérieur qui, de par le treuil extérieur, accueille les sacs de blé, qui sont déversés dans la trémie, au-dessus des meules. Donc, ceci, c'est la partie supérieure du moulin. La partie plus basse du moulin est la partie que reçoit la farine qui sort des meules... Le blé est écrasé par les meules. Nous avons donc deux meules. La meule inférieure qui s'appelle la meule dormante, qui ne bouge pas. Et la meule supérieure qui, elle, est entraînée, qui tourne, et qui est réglable en hauteur. Donc, plus on la descend, plus on écrase fin, plus on fait une farine très très fine. Par contre, là, il faut une force motrice importante, il faut beaucoup de vent. Et lorsque l'on a un peu moins de vent, on relève un petit peu cette meule, et là, on a une farine un peu plus grossière...
Pour TOUT savoir sur le métier de meunier, appuyez sur la touche étoile.
RDB3_03_05_X_01
- Est-ce que c'était un métier difficile, être meunier ?
- Le métier de meunier est un métier passionnant avant tout... Parce qu'il avait beaucoup de contacts avec tous les cultivateurs de la région. Donc c'était un métier agréable mais très contraignant parce que les agriculteurs étaient souvent eux-mêmes exigeants. Lorsqu'ils apportaient du grain, ils le voulaient tout de suite ! C'était donc une sacrée exigence mais c'est parce que la farine allait servir pour les animaux, donc on ne pouvait pas attendre. Et puis la grosse contrainte était bien sûr le vent, la puissance du vent et la fréquence du vent, qui lui permettait de tourner, et donc là, la contrainte était très très sérieuse.
- On dit qu'un meunier pouvait se réveiller la nuit pour faire fonctionner son moulin parce qu'il y avait un vent fort, c'est vrai ça ?
- C'est rigoureusement vrai : lorsqu'il avait du blé ou de l'orge à moudre en attente, et que le vent se levait la nuit, il n'hésitait pas à se lever et à faire tourner son moulin.
- Comment le meunier se faisait-il payer ?
- Le meunier était payé de deux façons : il facturait au quintal de grain qui lui était livré, mais, en plus, il prenait une marge de 2 à 3 % sur les quantités qu'on lui livrait, pour ce qu'il appelait " l'envolage " !
- C'est à dire ?
- C'est à dire la farine qui pouvait s'envoler et qui donc ne pouvait pas être comptabilisé dans le poids, donc il prenait sa marge au départ, en fait...
- Jusqu'à quelle époque les moulins ont-ils fonctionné ?
- La disparition des moulins en Beauce date du 19e siècle, où les moulins ont commencé à disparaître, faute d'entretien. Et puis, surtout, l'apparition d'une force motrice nouvelle a fait que les moulins, n'étant plus utiles, n'étant plus entretenus, coûtaient trop cher d'entretien, beaucoup trop cher de remise en état. Et c'est la cause première de la disparition des moulins. L'apparition de l'électricité a été la disparition des moulins à vent.
RDB2_03_06_1_XX
Bien, si vous souhaitez connaître les informations de guidage pour vous rendre au village de Moutiers, la prochaine étape de votre visite guidée, appuyez sur la touche étoile de votre téléphone... C'est à vous !
RDB3_03_06_X_01
En sortant de la route du Moulin, prenez à droite en direction de Ouarville. Une fois arrivé à Ouarville, prenez la deuxième à droite sur la D 17 en direction de Reclainville et Louville La Chenard, puis continuez au bout de 100 m en prenant à gauche la D 107, direction Louville La Chenard.
Traversez Louville puis, au milieu du village, prenez la deuxième à droite, la direction de Moutiers en Beauce/Ymonville, toujours sur la D 107. Continuez ensuite toujours direction Moutiers jusqu'à ce que vous arriviez dans le village.
Une fois arrivé dans le village, continuez tout droit. Vous trouverez au bout de 200 mètres sur votre droite l'église de Moutiers. Garez-vous et placez-vous face à l'église.
RDB2_03_07_X_XX
Merci de continuer votre visite de la route du blé avec Allovisit, nous attendons votre prochain appel.
Retour haut de page