Route des sapins du Haut-Bugey >

Les glacières de Sylans

Version mobile

Les glacières de Sylans

Saviez-vous qu'autrefois, on fabriquait de la glace à Sylans ? Et oui, et elle partait même dans toute la France !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Regardez... il est pas bien, là, ce pêcheur ? D'un coté, le Lac de Sylans et de l'autre les glacières.
Une sacrée histoire, d'ailleurs, ces glacières...
Sylvain est guide et connaît bien les lieux. Alors, c'est vrai qu'ici on fabriquait de la glace ?!
Oui, et même beaucoup de glace. A peu près 50 000T de stockage annuel qui partaient vers des destinations comme Paris, Alger et Marseille. Ca a duré à peu près une bonne quarantaine d'années et tout s'est arrêté vers 1920.
Au tout début c'était pas si grand que ça. C'était un tout petit bâtiment en bois qui était à l'extrémité du lac et en fait c'est Jean Quimoana, un petit cafetier de Nantua, qui a eu l'idée un jour, pour faire des boissons fraîches pour ses clients l'été, de venir récolter de la glace l'hiver sur le lac de Sylans. En 1875 la société des glacières de Paris, qui passait par là, s'est dit : ici, ce qui est intéressant c'est que le train passe à proximité et on va pouvoir envoyer du très très gros volume de glace.
Imaginez... plus de 300 hommes travaillaient ici dans des conditions de travail terribles !
La plupart descendaient des villages et avaient déjà 10km dans la neige fraîche par jour à faire. Ils faisaient 12h de travaux par jour ici, pour des températures de 0°c allant jusqu'à - 25°c, et rentraient chez eux le soir. Donc des conditions très très dures, très très froides.
Vers 1920-1922, il y a 3 facteurs qui ont fait que l'activité s'est arrêtée : le 1er facteur c'est la guerre mondiale de 14-18 donc les 300 hommes qui travaillaient ici n'ont pas pu venir sur le site, le 2e facteur c'est que l'homme a su inventer une machine pour fabriquer de la glace - les congélateurs ou les frigos - et le 3e facteur c'est que le lac est devenu un peu plus capricieux, à savoir qu'il produisait beaucoup moins de glace.
Aucun doute : il est vraiment bien, là, notre pêcheur. Et comme à lui, on vous demandera de garder vos distances. Car ces glacières ne sont plus en état de recevoir des visiteurs. Trop risqué.
Un témoignage du passé que l'on observe de loin, pour mieux le préserver...
Retour haut de page