Route de la Dombes >

La Tour du Plantay

Version mobile

La Tour du Plantay

Vous avez sans doute déjà vu cette tour sur de nombreuses brochures touristiques.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La Tour du Plantay
Vous avez sans doute déjà vu cette tour sur de nombreuses brochures touristiques.
Avec son étang et son architecture, c'est en quelque sorte l'emblème de la Dombes !
Elle est construite sur une poype, un terme dombiste pour désigner un tertre. Les seigneurs locaux ont choisi d'édifier leur forteresse sur ces promontoires, entourés d'eau, dès le Xe siècle.
Le paysage que vous avez sous les yeux est donc typique de la région.
Et cette tour ? C'est le reste d'un château-fort ?
Oui, un château sans doute du XIVe siècle. Une propriété de la famille La Palud.

Le château a été démoli ?
Incendié en 1460 par les troupes du Duc de Bourbon, car Le Plantay était partagé à l'époque entre Dombes et Savoie. Une terre frontalière, objet de convoitises !
Guy de Framont est le maire du Plantay...
On peut supposer que le château lui-même était plus vaste au départ puisque certaines traces sur la construction le laissent penser, notamment des traces d'une ouverture aux deux tiers de sa hauteur, on aperçoit des " corbeaux " en partie nord qui laissent penser qu'il y avait un mur d'enceinte une courtine peut-être qui faisait le tour de l'ensemble.
Aujourd'hui c'est une propriété privée et la fierté des habitants du Plantay.
Avec ses nuances de rouge, d'orange et de rose, c'est vraiment un bel édifice !
La tour est en carrons savoyards, du nom des comtes de Savoie qui ont régné en Dombes.
Ce sont des briques, caractéristiques d'un pays qui n'a pas de pierres, et dont les constructions sont faites soit en briques soit en pisé, puisqu'elles utilisaient l'argile soit cuite sous forme de briques, soit pilée et séchée comme dans le pisé. C'est ce qui fait un peu le cachet de ces constructions, selon l'orientation du soleil et de la lumière, les briques reflètent un rouge plus ou moins sombre plus ou moins clair, également en fonction de la cuisson des briques.
Et oui, ces briques d'argiles riches en oxydes de fer tirent leur couleur de leur positionnement dans le four : plus elles étaient exposées, plus elles prenaient une teinte sombre, voire un aspect vitrifié. Au contraire les briques les plus éloignées du foyer sont devenues, elles, rose pâle.
Ce qui est amusant, c'est que sur certaines constructions en brique on retrouve des motifs qui ont été faits pour donner un peu d'esthétique à la construction en agençant les différentes cuissons.
Appréciez la vue sur la Tour. Mais avant de quitter le Plantay, faites une halte devant l'église romane du village, qui date du XIIe siècle. Elle abrite des fresques, peintes entre le XVe et le XVIIe siècle.
Et puis goûtez à la musculine !
C'est un peu la potion magique du Plantay. Une sorte de pâte de fruits fabriquée à l'abbaye Notre-dame-des-Dombes depuis 1868 !

D'ailleurs, faites un tour dans cet ensemble, édifié par Bossan, l'architecte de la basilique de Fourvière à Lyon. L'église et l'oratoire sont de style byzantin, mais l'abbaye est d'origine cistercienne.
Continuons notre découverte en suivant le fléchage de la Route de la Dombes. A bientôt.
Retour haut de page