Route de la Dombes >

La Saône

Version mobile

La Saône

Une voie royale pour le développement du canton de Thoissey

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
La Saône
Cette rivière qui s'écoule sur près de 500 km n'est pas qu'un élément du paysage... Cette frontière naturelle du Val de Saône est aussi un personnage à part entière dans le canton...
Une reine calme et limpide qui a nourri et vu grandir de nombreux ports sur ses rives, à commencer par celui de Thoissey.
Il faut dire que, depuis des siècles, toute la vie de la région a tourné autour du cours d'eau....
Jacques Loupforest est le président de l'Association des Amis du Vieux Thoissey et de son canton...
On connait une description du château-fort de Thoissey...ce qui est noté tout de suite c'est l'emplacement de ce château par rapport à la Saône, il est précisé qu'il était construit à 1000 pas de la Saône, donc on se rend compte de l'intérêt stratégique et du rôle que la Saône a joué dans le développement de la ville de Thoissey, Thoissey est toujours liée à son port.
Au fil des ans, l'économie locale s'est développée grâce à la Saône.... Un flot incessant de marchandises et de voyageurs empruntait la voie fluviale....
Les débardeurs assuraient le débarquement des denrées : des céréales, du bois de chauffage et même des fûts de vin qui transitaient sur des "plates", les péniches de l'époque.
Les passagers embarquaient, eux, à bord de bateaux à aube, puis à vapeur.... Il fallait tout de même neuf heures pour relier Lyon à Châlons-sur-Saône à bord du Parisien
[Voix criée homme lointaine]"le commandant de bord invite les passagers à destination de Thoissey à rejoindre la proue du navire...".
"Thoissey, Thoissey, dix minutes d'arrêt".
Il arrivait même parfois que les riverains des bords de Saône côtoient des voyageurs d'un autre monde...... Jacques Loupforest :
Un animal assez extraordinaire est passé ici puisque le pacha d'Egypte avait offert au roi Charles X une girafe, et bien cette girafe est restée en quarantaine à Marseille et puis elle est remontée à Paris en empruntant la voie fluviale, donc les Thoisséyins, les riverains de la Saône qui se trouvaient au bord de l'eau ont peut-être vu passer sur un bateau une girafe.
Et qui dit transport, dit parfois problème de circulation..
Exemple avec ce procès-verbal dressé par le maire de Thoissey en 1845 et que Jacques Loupforest a pu consulter...
Il y avait sur la Saône un ponton sur lequel attendaient les voyageurs et lorsqu'il s'agissait d'embarquer, on hissait un drapeau pour montrer au bateau qu'il fallait s'arrêter et bien là il s'agissait d'un bateau qui s'appelait "le cygne" et manifestement le bateau ne s'est pas arrêté mais c'est plutôt en riant que les membres d'équipage ont regardé les passagers qui attendaient, ils se sont arrêtés un peu plus loin à Monionnat.....
Les archives municipales de Thoissey regorgent d'anecdotes du genre... De quoi rappeler l'importance que la rivière tenait dans la vie des habitants de la région.
Empruntez le chemin de halage, une jolie promenade vous attend sur les rives de la Saône... car la grande dame est aujourd'hui courtisée pour sa douceur de vivre.
Continuons notre découverte en suivant le fléchage de la Route de la Dombes. A bientôt.
Retour haut de page