Route de la Dombes >

L'Eglise Saint-Symphorien et ses fresques

Version mobile

L'Eglise Saint-Symphorien et ses fresques

A la découverte des fresques du 12ème siècle parmi les plus anciennes du département

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
L'Eglise Saint-Symphorien et ses fresques
Vous êtes devant l'église d'Illiat.
Son abside et sa nef datent du XIIe siècle. Les deux chapelles latérales ont, elles, été rajoutées en 1836...
et le clocher ?
Eh bien celui-ci a été édifié en 1870 par l'adjoint de Pierre Bossan, Sainte-Marie-Perrin. Bossan est l'architecte de la basilique de Fourvière à Lyon. Le clocher d'origine avait du être démoli car il était trop abimé. Mais je vous invite à pousser la porte.....car le véritable trésor des lieux se trouve à l'intérieur....
Dans l'abside, non ? On y distingue des fresques !
Oui, elles datent du XIIe siècle. Elles ont été retrouvées, par hasard, en 1979 ! La municipalité avait lancé des travaux pour rénover l'abside. On a alors repéré sous le plâtre des taches de couleur ... et ces fresques.
Quelle découverte !!!
En partant de la gauche vous pouvez admirer St-Marc, puis deux Marie, et enfin St-Pierre reconnaissable à son trousseau de clés.
C'est la Vierge Marie qui est représentée par les deux personnages féminins ?
Difficile à dire. Elles ont été restaurées mais de grosses parties du dessin étaient abimées. Vous voyez, l'une d'elle porte un objet, un indice pour René Druguet des Amis du Vieux Thoissey....
Elle porte la palme du martyre ce qui veut dire que ce n'est pas la Vierge, puisque la Vierge n'était pas martyre, par contre l'autre Marie on ne sait pas si elle pouvait être la Vierge parce qu'il ne restait que la moitié de Maria supérieure, mais le dessous était effacé, il y avait peut-être un autre prénom, ça peut être Marie Madeleine. Le restaurateur lui penchait plutôt pour Marie Salomé et Marie Jacobée mais ça reste un mystère.
Ah ! Il pourrait donc effectivement s'agir de ces femmes qui se sont rendues au tombeau ? C'est vrai St-Marc les nomme dans son évangile.... et il était un disciple de St-Pierre. [réfléchissant]
Peut-être qu'il présente ces deux femmes à son maître... ?
Oui mais ce n'est qu'une théorie !
Je vois aussi que cette abside est richement sculptée... Particulièrement les chapiteaux des six colonnettes.
On dirait un animal sur la première, à gauche ?
Pas tout-à-fait. Réponse avec René Druguet...
Le premier chapiteau représente une sirène bi-caudale, donc à deux queues, qui est le symbole de l'ambiguïté. Ensuite on a la lune se cachant les yeux qui est le symbole de l'obscurantisme, ensuite on a la chimère qui représente l'exaltation religieuse, ensuite on a la fleur de lotus qui était un motif de décoration très courant à l'époque avec au-dessus une représentation de douze arcades qui représentent autant de portes d'accès au paradis, ensuite on a le Léviathan, le monstre dans lequel Jonas est censé avoir passé trois jours et puis la feuille d'Acanthe qui semble là aussi un élément de décoration très sophistiqué et très fin.
En tous cas, j'imagine que ces fresques font aujourd'hui la fierté des habitants d'Illiat !
Oui, d'autant qu'elles sont sans doute parmi les plus anciennes du département de l'Ain.
Continuons notre découverte en suivant le fléchage de la Route de la Dombes. A bientôt.
Retour haut de page