Route de la Dombes >

Beaumont

Version mobile

Beaumont

Une ouverture automatique vous permet d'accéder à Notre-Dame-de-Beaumont tous les jours.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Beaumont, la Chapelle du Chatelard
Une ouverture automatique vous permet d'accéder à Notre-Dame-de-Beaumont tous les jours.
(porte qui s'ouvre)
Ouahouuu !!!!! Quel décor ! Vous voyez les peintures dans l'abside ?
Oui elles datent du XVe siècle mais elles n'ont été découvertes qu'au début des années 1980, sous sept à huit couches d'enduit ! Depuis elles ont été classées Monument historique.
Il y a l'Annonciation, la nativité, les rois mages, mais ici à droite je ne reconnais pas cette scène de la vie du Christ.

C'est St-George qui terrasse le dragon pour sauver la reine de Trébisonde. On pense qu'elle est peinte à l'effigie d'Isabelle D'Harcourt. C'est elle qui a fait reconstruire la chapelle après sa destruction par un incendie au XIVe siècle.
Il y a de drôles de personnages, juste en dessous.
Ce sont des saints populaires ! Saint bec de lièvre, St-Frisé, St-Pissaire, ou encore st-Gueulard.
Il y avait des pèlerinages intenses avec beaucoup de monde, surtout les futurs mamans ou les dames qui ne pouvaient pas avoir d'enfants venaient prier là...
Roger Berthaud de l'Association des Amis de la Chapelle de Beaumont et du Chatelard.
...elles adoraient des saints populaires, tout un tas de saints pour que leur enfant soit joli, qu'il ne pleure pas trop, qu'il n'ait pas de déformation, tout ça, alors ça amenait beaucoup de monde.
C'est surprenant dans une église, et pas très orthodoxe....
C'est vrai, d'ailleurs la chapelle était aussi le point de rendez-vous des marchands et des diseurs de bonne aventure...
Bruit de foule, brouhaha
Tant et si bien qu'un jour de 1818 le cardinal Fèche décide de fermer le lieu de culte... la foire païenne avait pris le dessus sur les croyances religieuses....Une petite tragédie pour les paroissiens, d'autant que la chapelle était aussi l'un des seuls sanctuaires à répit des environs.
C'était pour les enfants qui mourraient à la naissance, on priait, on allumait des cierges jusqu'à ce que l'on voit un petit signe de résurrection, on arrivait même à leur piquer le lobe de l'oreille ou leur piquer le nez pour essayer de faire couler une goutte de sang ou on surveillait une transpiration, un changement de couleur de la peau, le temps de les baptiser afin qu'ils aient une sépulture chrétienne.
Cette chapelle, c'était vraiment le centre de la vie religieuse par ici, si je comprends bien ?
Oui, d'ailleurs un personnage illustre est venu ici...
Le curé d'Ars est passé une journée, le 19 sept 1843, et à la fin de sa messe il a dit " Dieu ne me veut pas ici ", il est retourné à Ars. En plus ses fidèles d'Ars étaient tous venus le rechercher. Alors il nous a laissé en souvenir ce chemin de croix qu'on a réussi à sauver.
Un chemin de croix visible sur le côté droit de la nef. Le curé d'Ars a également offert les vitraux de la Nef.
D'ailleurs, le village d'Ars vaut le détour. Il est tout proche de la route de la Dombes.
Continuons notre découverte en suivant le fléchage de la Route de la Dombes. A bientôt.
Retour haut de page