Roubaix : imaginer l'ancienne Capitale industrielle >

Place de la Liberté

Version mobile
English

Place de la Liberté

Nous les roubaisiens on était un peu sceptiques mais après 10 années de rénovation des façades, on comprend l'intérêt de la couleur !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes place de la liberté.
Il y a beaucoup de couleurs vives sur les façades. Cela met en valeur le petit détail, ou la moulure qui restait cachée.
Madame le jaune est la seule façade colorée, on la trouverait ridicule, prétentieuse même. Mais voyez-vous, c'est l'ensemble des différences qui crée une harmonie. A Roubaix, depuis toujours, les couleurs, les nationalités, et les cultures ont cohabité ici. Les belges, les polonais, les méditerranéens... Aujourd'hui, il y a 48 nationalités fortement représentées à Roubaix. Le slogan de la ville est : Les couleurs du futur !
Le grand bâtiment de brique rouge orné de pierres blanches est la Banque de France. Son aspect imposant témoigne de l'importance de l'économie roubaisienne au 19 ème siècle. Cette succursale de province se place même au 3 ème rang national à cette époque.
La rue qui s'ouvre de l'autre côté du boulevard, n'existait pas il y a quelques années. C'était le quartier des longues Haies. Un haut lieu du syndicalisme dont parle Maxence Van der Meerch dans son livre " quand les sirènes se taisent ". :
" Le lieu de rassemblement avait été fixé : " tous rue des longues haies ". Et, tandis que les gardes se reformaient place de la liberté, la foule, refluant par toutes les voies au carrefour de la planche trouée, édifiait là, en l'espace de 20 minutes, une première enceinte de barricades. ".
A la place de ce quartier rasé en 1960, se trouve aujourd'hui une rue bordée de magasins d'usine.
C'est Mac Arthur Glenn. Et avec l'autre magasin " A l'usine ", Roubaix redevient une capitale ! La capitale des bonnes affaires.
Elle tire son nom de l'arbre de la liberté qu'on y a planté en 1848 comme dans les autres villes de France pour fêter le retour à la république.
A l'origine, c'est la place du saint sépulcre, du nom de la chapelle que Pierre de Roubaix, fondateur de la ville fait bâtir.
On est en 1463. Pierre de Roubaix revient de Terre Sainte avec de précieuses reliques : une épine de la couronne du christ et un morceau de croix. La chapelle qui les abritera devra suivre les plans exacts de celle du st sépulcre à Jérusalem.
Avec son jardin et son verger elle occupe alors ce qui est la place d'aujourd'hui. Après la révolution, la chapelle est abandonnée puis détruite au milieu du 19 ème siècle. C'est l'époque des grands travaux d'urbanisation à Roubaix.
C'est ici, vers 1830, qu'un petit garçon fait ses premiers pas. C'est Gustave Nadaud. Le célèbre chansonnier vit sur cette place jusqu'à l'âge de vingt ans.
Le bal de Mabille est un vrai succès populaire.
Le jeune homme échappe à la carrière de négociant textile que lui réserve son père et part à Paris Il écrit des chansons, des poésies, des contes, des opérettes. A 29 ans, il a déjà signé 51 chansons et un contrat de 20 ans lui assure le pain quotidien et la renommée avec une chanson par mois. Sa chanson " les deux gendarmes " lui vaut la censure de Napoléon 3, mais c'est un succès dans la France entière.
Quand il meurt en 1893, on dit qu'il est le mort le plus populaire de France tellement la foule se presse à lui rendre hommage.
Retour haut de page