Roubaix : imaginer l'ancienne Capitale industrielle >

La Condition Publique

Version mobile
English

La Condition Publique

A la Condition publique, on contrôle, jusque dans les années 70, la qualité de la soie, du coton et de la laine qui arrive du monde entier.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Des ouvriers immigrants belges arrivent en masse. La ville qui comptait 8000 habitants en 1800, Accueille 124 000 personnes moins de 100 ans plus tard . Un roubaisien sur deux est un ouvrier qui vit dans un logement souvent insalubre.
Toute la famille travaille dans des conditions déplorables, 15 heures, souvent plus, parfois la nuit. L a misère est partout.
Roubaix, la capitale mondiale du textile, la ville aux 1000 cheminées, avec son formidable développement économique, a du mal à régler la question sociale.
Les luttes se succèdent. De 1902 à 1911, il y à 658 grèves.
Avec le 20 ème siècle, les guerres et les crises se succèdent. Les entreprises ferment les unes après les autres :
Motte Bossut ferme en 1981.
Derrière les 300 fenêtres de l'usine, on a filé la laine et le coton pendant 120 ans .
L'usine Motte Bossut est l'un des premiers bâtiment industriel qui a été réhabilité à Roubaix. Son nouveau pont levi blanc indique aujourd'hui l'entrée du centre des archives du monde du travail.
Sur le terre-plein, Il y a la statue d'un cycliste recouverte de végétation. C'est un hommage poétique à ce qui fait la renommée mondiale de Roubaix, mais cette fois, il ne s'agit plus d'industrie, mais de sport. Le Paris Roubaix ! La course centenaire, celle qu'on a appelée l'enfer du nord.
Retour haut de page