La Roseraie du Val de Marne >

Le jardin des roses d'Extrême-Orient

Version mobile
English

Le jardin des roses d'Extrême-Orient

Des rosiers de caractère !

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Vous entendez cette musique....
nous partons en voyage dans le jardin des roses d'Extrême-Orient.
Embarquement dans quelques secondes, dépaysement assuré...
Première escale en Chine....vous n'allez pas être déçus....au programme, une excursion devant Rosa Chinensis Mutabilis.... un rosier qui présente sur le même pied des fleurs de plusieurs couleurs... jaune abricot d'un côté et rose vif de l'autre...
On reste en Chine pour l'excursion suivante, devant le rosier du Bengale...
il est rouge vif !
une explosion de couleurs qui éblouit les botanistes... Jusque-là en Europe on est habitué aux roses...roses !
Etape à présent devant la corolle jaune de rosa foetida avec Chantal Pourrat de la direction des espaces verts et du paysage :
Rosa foetida avait l'avantage d'avoir un très beau coloris mais par contre une odeur de musc, d'animal pas forcément très agréable.
Mais certaines roses d'Extrême-Orient ont d'autres avantages, par exemple celui de refleurir plusieurs fois : c'est le cas de Rosa chinensis Semperflorens.
Et c'est là l'immense découverte de ces grands voyages en Extrême-Orient.... des rosiers remontants ! Autrement dit avec le potentiel de produire des fleurs toute l'année !
continuons notre périple...direction l'Iran, la Perse à l'époque... Chantal Pourrat nous accompagne :
L'un des rosiers qu'il faut remarquer dans cette collection c'est Persan Yellow. Persan Yellow en 1838 a été rapporté dans nos contrées par un diplomate anglais et à partir de cette variété, croisée avec un rosier gallique Antoine Duchet, la famille Pernet-Duchet a réussi enfin après 10 années de travaux à obtenir ce rosier de coloris vif qui s'appelle Soleil d'Or qui est jaune et qui est capable de refleurir plusieurs fois, donc là ça y est, on avait donné naissance aux hybrides remontants qui après se sont déclinés à travers tous les rosiers horticoles.
Nouvelle escale, cette fois, au royaume des singularités....
Il y avait aussi des générations de rosiers un peu particuliers comme les rosiers miniatures donc on peut citer par exemple la bordure qui est faite en rosiers "pompon de paris", là aussi des rosiers originaires de Chine, puis d'autres curiosités comme watsoniana aux feuilles d'estragon, là c'est carrément le feuillage, ou alors des aiguillons très particuliers comme sericea, parfois des aiguillons au coloris vif, parfois des aiguillons presque transparents.
Terminons notre séjour en Extrême-Orient avec " Petite Françoise "...
c'est l'une des dernières obtentions de Jules Gravereaux en 1915... Des fleurs d'un rose frais en forme de pompons... des roses dédiées à sa petite-fille.
Retour haut de page