La Roseraie du Val de Marne >

L'allée des rosiers pimprenelle

Version mobile
English

L'allée des rosiers pimprenelle

Quels sauvages, ces Ecossais !!

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
" Il était une fois un roi, veuf, ayant trois fils.
Il les convoqua et leur dit :
Celui qui trouvera la rose pimprenelle sera mon successeur !
Les trois fils partirent dans des directions différentes à la recherche de cette fleur merveilleuse..... "
Ce n'est pas un discours de Jules Gravereaux qui débute ainsi mais un conte dédié à la rose pimprenelle, celle que vous avez à présent sous les yeux dans cette allée éponyme....
Pimprenelle c'est en fait son nom de scène, les scientifiques la connaissent sous l'appellation " rosa Pimpinellifolia ".
Bernard Mandô est le président de l'Association des Amis de la Roseraie.
On les a appelés pimprenelles par similitude au niveau du feuillage : les feuilles de ces rosiers sont semblables à une petite plante vivace qu'on appelle sanguisorda, pimprenelle, c'est une plante vivace qui pousse sur les terrains calcaires, bien connue en Europe occidentale.
Ils poussent même dans les dunes ! Ils sont tellement robustes, qu'ils résistent aux embruns salins. On en trouve également dans les Alpes. Les Pimpinellifolias originaires d'Europe centrale du Moyen-Orient ou de Chine sont principalement de couleur jaune, comme rosa Xanthina par exemple.
Le Rosa pimpinellifolia d'Europe varie lui du blanc au rosé et sa terre promise, sa patrie d'origine est située de l'autre côté de la Manche...Bernard Mandô..
C'est un rosier qui a été très utilisé en Ecosse début XIXe, un peu plus en Angleterre que chez nous, et chez nous il est quasiment inconnu, donc Gravereaux l'a quand même introduit dans sa roseraie pour des raisons historiques, d'évolution du groupe rosier. Les pimprenelles sont souvent moins remarqués, ce sont les amateurs qui les recherchent ou c'est par hasard.
Il faut dire que leur floraison est très précoce, fin avril-début mai en général.
Et elle est éphémère.... résultat : le grand public ne les connait pas vraiment.
Et puis la forme de la rose ne correspond pas non plus à ce que le grand public a l'habitude de voir quand il va acheter des fleurs à couper...
Le pimprenelle n'a en général que peu de pétales, cinq seulement pour les fleurs les plus simples... Bernard Mandô.
Les gens recherchent plutôt des grosses roses turbinées, là c'est disons l'extrême opposé, c'est plutôt la fleur simple, d'arbuste libre et qui pousse comme il a envie et où il veut parce qu'il peut drageonner et se développer parfois sur un mètre ou deux par rapport à son emplacement de plantation.
Les Ecossais eux en sont fous !! ils correspondent bien au type de plantes un peu sauvage qu'on retrouve dans les jardins à l'anglaise... ils ont d'ailleurs été largement utilisés à la fin du 19ème et au début du 20ème par Gertrude Jekyll, une jardiniste britannique bien connue...
L'obtenteur allemand Kordès a lui beaucoup utilisé Rosa pimpinellifolia Altaïca pour créer des arbustes à fleurs jaunes, vous pouvez les voir notamment derrière la pergola.
Ne soyez pas déçus s'ils sont déjà fanés lors de votre visite... vous pouvez vous consoler en admirant Stanwell Perpetual... sa corolle rose pâle est visible plusieurs fois dans l'année, puisqu'il refleurit entre juin et novembre.
Retour haut de page