Val de Lesse (Wallonie) >

Han sur Lesse, au coeur du domaine des grottes

Version mobile
English Néerlandais

Han sur Lesse, au coeur du domaine des grottes

Cette grotte est formée par l'érosion d'une partie de la colline calcaire provoquée par le passage de la Lesse et l'infiltration d'eau en surface du massif.

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes à Han sur Lesse sur la place Théo Lannoy. Regardez devant vous le tram. Il emmène les visiteurs à la grotte de Han.
Cette grotte est formée par l'érosion d'une partie de la colline calcaire provoquée par le passage de la Lesse et l'infiltration d'eau en surface du massif. Cette rivière devient souterraine sur environ un kilomètre mais l'eau met 20 heures pour parcourir cette distance.
Des hommes préhistoriques sont passés dans la grotte mais ensuite il faut attendre la fin du 18ème siècle pour que le site soit répertorié :
" La découverte officielle, c'est 1771 "
Michel Vankeerberghen, directeur général des grottes et de la réserve animalière de Han.
" C'est la première fois que quelqu'un entre dans la grotte et en ressort et fait une topographie, une relation écrite de sa visite et de ses découvertes. Puis il a fallu attendre une soixantaine d'années pour avoir découvert ce qui est maintenant la sortie jusqu'à l'autre coté du massif calcaire, l'entrée. C'était en 1830 ".
Et c'est en 1855 que le domaine est acheté pour être transformé en site touristique. Pour l'époque, ces visites sont assez inédites. Et très spectaculaires.
Le plus incroyable c'est cette salle que le visiteur voit désormais à la fin :
Voix avec l'écho
Avant d'atteindre la rivière, nous passons dans la salle du dôme. Elle est gigantesque : 145 mètres en diagonale. 62 mètres de hauteur. Aujourd'hui, l'électricité permet de bien l'admirer mais imaginez les visites au flambeau au 19ème siècle...
Avant d'être exploitée, cette grotte sert certainement de refuge aux hommes qui fuient l'ennemi. Mais selon le directeur général, elle est aussi un lieu de culte :
" Des tas d'objets ont été retrouvés. Il y avait des objets usuels qui étaient utilisés, mais il y avait beaucoup d'objets neufs. Et au fur et à mesure, des questions se posaient : mais tiens, ça n'a pas servi ce glaive. Et puis finalement la théorie a été de dire que c'était des lieux d'offrande, de culte funéraire peut être etc... ".
Des objets. Mais pas de dessins. Aucune peinture ne sera retrouvée. Certainement parce que l'homme ne vit pas en permanence dans cette grotte trop froide. 13 degrés en permanence, ce qui n'effraie pas certains animaux comme les chauves souris, les rats et les renards, souvent présents.
D'autres animaux vivent dans le domaine de Han.
En 1970, les propriétaires de la grotte veulent préserver aussi les 250 hectares à l'extérieur. Le site est clôturé et peuplé de nombreux animaux. Des espèces déjà présentes dans la région comme des sangliers, des cervidés, des chats sauvages. Mais aussi des animaux qui ont vécu ici dans le passé : l'ours brun, le bison d'Europe, le loup, le lynx.
Certains doivent être plus protégés que d'autres. Et ce ne sont pas les moins costauds :
" Les bisons d'Europe. D'abord, ils sont tout à fait lunatiques, donc en fonction d'un incident qui peut se passer ils peuvent devenir très colériques. Et puis ils sont très sensibles aux maladies. On doit leur donner des compléments alimentaires mais naturels, parce qu'ils doivent avoir des tannins pour améliorer la digestion. Ils sont très vite sensibles à des problèmes digestifs ".
Pour ne pas contrarier le régime des animaux, ne leur donnez donc surtout rien à manger. Et pendant la visite, ne descendez du safari-car que si c'est autorisé.
Merci de continuer votre visite. A bientôt.
Retour haut de page