Rennes : capitale de Bretagne >

Cathédrale St-Pierre

Version mobile
Espagnol English Deutsch Italien

Cathédrale St-Pierre

La construction de ce bâtiment est incroyablement longue... Elle commence au 16ème siècle, époque à laquelle la précédente cathédrale gothique commence à s'effondrer...

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Nous sommes face à la cathédrale Saint-Pierre.
La construction de ce bâtiment est incroyablement longue... Elle commence au 16ème siècle, époque à laquelle la précédente cathédrale gothique commence à s'effondrer, et se terminera au 19ème siècle
Les blasons qui ornent la façade évoquent les évêques et les grandes familles qui ont participé à l'élévation du bâtiment.
Vous voyez le haut-relief en tuffeau blanc entre les deux tours de granit ?
C'est Louis 14 qui commande cette sculpture Deux anges soutiennent la couronne au-dessus des fleurs de lys, symbole du royaume de France. Le soleil qui représente le roi apparaît à visage humain. Quant aux deux clefs entourées d'un ruban, elles rendent hommage à Saint-Pierre...
Qui comme chacun sait, détient les clefs du Paradis ! Et comme cette cathédrale lui est dédiée...
N'hésitez pas à découvrir l'intérieur de cet édifice. Il abrite un remarquable retable en bois doré.
Après avoir éteint votre téléphone, vous découvrirez le retable dans la première chapelle sur le côté droit de la cathédrale. En bois de tilleul, ce monument du 15e siècle est flamand. En couleurs à l'origine, les sculptures évoquent la vie de la Vierge, mais tous les personnages sont vêtus comme au 15e siècle.
Les derniers Ducs de Bretagne - dont la Duchesse Anne - ont été sacrés dans cette cathédrale !
Revenons à la place de la cathédrale.
Au numéro 19, est né le lieutenant Général des armées navales : Toussaint Guillaume de la Motte-Picquet !
Ce militaire à la carrière glorieuse aura totalisé à sa mort 52 années de service, 34 campagnes, 10 combats et seulement... 6 blessures !...
Le temps remonte. La place retrouve sa physionomie du temps des Ducs des Bretagne. Imaginez. La cathédrale accueille en grande pompe, le 10 février de l'an 1489, une fillette de onze ans...
Rennais : La voilà !...
Rennaise : Je n'arrive pas à la voir !... Elle est si petite, si jeune !...
Rennais : Ah ça, être sacrée Duchesse de Bretagne à onze ans, c'est pas banal !...
Rennaise : je la vois ! ...C'est vrai ce qu'on dit !... Elle n'est pas vraiment belle notre Anne avec son visage allongé, son grand front, son nez trop long et ses yeux bridés !...
Rennais : Il paraît qu'elle boîte aussi !...
Rennaise : Et en plus, elle est déjà orpheline !... Pauvre petite !...
Rennais : ... Mais on la dit intelligente et vive d'esprit. Les candidats pour l'épouser ne manquent pas !
Rennaise : Prions Dieu pour qu'il lui prête longue vie, et que le destin lui sourie...
Ces voeux seront exaucés. La duchesse Anne de Bretagne connaîtra un parcours exceptionnel. Épouse de Charles 8 et de Louis 12, elle fut deux fois reine de France et su défendre avec ténacité et diplomatie les intérêts du Duché de Bretagne. Une de ses filles, Claude de France, épousa à la Renaissance le roi François 1er...
Face à vous, la rue des Portes Mordelaises. Veuillez l'emprunter s'il vous plaît...
Passez sous les portes, puis placez-vous devant, au-delà du pont-levis. Les choeurs et les orgues accompagnent votre court trajet...
Ca y est ? Vous êtes face aux portes ?
Ici commençait le rituel du sacre des Ducs. Dominique Irvoas-Dantec, Directrice de l'office de Tourisme de Rennes, nous explique :
En fait, le Duc se présente devant les portes. Il est suivi d'une partie de la noblesse bretonne en toute logique, et il se présente à la Porte Mordelaise parce qu'à l'époque, elle est au singulier dans l'appellation. Le pont-levis n'est pas abaissé. Il ne le sera que lorsqu'il aura prêté serment. L'évêque qui est en présence du chapitre, va lui lire le serment qu'il va devoir accepter :
L'évêque : Vous jurez à Dieu la foi catholique, et l'église de Bretagne en ses libertés défendre et garder ; les barons et les nobles de Bretagne et leur liberté observer, et au peuple de Bretagne vraie justice à votre pouvoir exhiber !
Le Duc répond : "Ainsi je le jure !". Et la porte ducale s'ouvre. Et le Duc de Bretagne entre dans la ville avec son cortège. Il est conduit en procession jusqu'à la cathédrale Saint-Pierre qui est tout proche de la Porte Mordelaise. Et on le laisse là toute la nuit en prière pour faire sa veillée d'arme devant l'autel du Saint Patron.
Pendant la Guerre de Cent Ans, la Bretagne s'allie tantôt aux Anglais, tantôt aux Français. Rennes fait alors l'objet de nombreux sièges...
Les portes Mordelaises au 15e siècle abritent le logis du gouverneur.
On les appelle ainsi car elles sont construites en direction de Mordelles au Nord Ouest de la Ville de Rennes !...
(à deux voix) Regardez bien les mâchicoulis...
Ils sont composés de trois blocs de pierre posés à la façon d'un escalier inversé.
Ces pierres soutiennent à leur tour des blocs de granites, où des arcs en forme de trèfle sont sculptés...
Ce symbole est très présent en Bretagne. Il évoque la puissance des Ducs qui finançaient ces remparts, et protégeaient ainsi leur territoire...
Bien. Partons maintenant à la découverte de la Place des Lices où les tournois et Du Guesclin nous attendent.
Revenez sur vos pas. Empruntez la rue des Portes Mordelaises jusqu'au bout. Traversez la rue de Juillet, et vous arrivez sur la Place des Lices tout en longueur.
Retour haut de page