Rencontres internationales photographiques d'Arles 2009 >

Rétrospective Duane Michals - Palais de Archevêché

Version mobile
English

Rétrospective Duane Michals - Palais de Archevêché

...par Duane Michals

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Palais de l'Archevêché
Rétrospective Duane Michals
The once and always now (L'unique, et toujours maintenant).
Il y a une éternelle jeunesse dans les photographies de Duane Michals.... Signe qu'à 77 ans sa vivacité intellectuelle est intacte, car depuis les années 60 il a placé " l'idée " au coeur de son travail. Duane Michals met en image ses réflexions personnelles sur l'existence, l'amour, la mort... Il utilise très souvent des séquences, où image après image, l'idée fait son chemin et comme la photo ne lui suffit pas, il lui adjoint des textes qui viennent préciser sa pensée.
Duane Michals
Duane Michals 1 homme GB
Le moment le plus important quand je conçois une idée, que je la photographie...quand je vois cette chose qui était dans ma tête et je la regarde et elle est tellement belle...c'est un grand moment pour moi...
C'est un mélange de choses. J'ai toujours été frustré avec la nature-morte. Elle ne disait jamais assez car je ne crois pas aux apparences. J'ai dû trouver d'autres moyens pour exprimer les idées plus intimes. J'aime les rêves, j'aime photographier des rêves. Il y a plusieurs niveaux de réalité. Les séquences sont une chose merveilleuse pour moi, car je peux exprimer quelque chose au-delà du moment décisif. Elles permettent d'étirer le temps au-delà d'un moment précis sont le moyen de parler des idées qui demandaient 5 ou 6 photos pour transcender un instant. Comme quand j'ai fait " l'esprit quitte le corps ", une de mes premières séquence. C'est un homme qui se lève et quitte son corps après sa mort... L'histoire est mieux racontée si je peux exprimer le moment en entier. Très tôt dans les années 70 j'ai commencé à écrire avec mes photographies car j'étais frustré par le silence des images. Si je vous montre une photo d'une femme elle ne dit rien d'elle, elle montre ses cheveux, ses seins, mais ne vous dit pas " Est-elle salope ? " " A-t-elle des enfants ? " " Est-elle bonne au lit ? " " intelligente ? ", ou " est-elle drôle ? ". Un portrait ne réussit pas, il ment constamment. Les plus grands voyous peuvent avoir un air très paisible, souriant et content...en réalité on ne voit rien d'important dans les portraits et c'est à cause de cette frustration que j'ai commencé à écrire avec les images, et j'ai rajouté mon propre langage avec la poésie.
Dans le long parcours artistique de Duane Michals, il y a des rencontres avec des personnalistes marquantes comme le peintre René Magritte. Il y a aussi Andy Warhol qu'il a connu jeune, d'où ces photos rares du père du pop art avec sa mère. Mais la célébrité n'intéresse pas Duane Michals !
Duane Michals 2
J'ai rencontré Magritte, l'artiste le plus important pour moi que j'ai eu la chance de photographier. Avec Magritte, De Chirico, Balthus, l'important est qu'ils m'ont ouvert l'esprit et j'en suis reconnaissant. Andy était important pour plusieurs raisons car il est né dans le même village que moi en Pennsylvanie, nous avons les mêmes racines. Je le connaissais bien avant qu'il soit devenu " super Andy ", la méga super star. Une fois célèbre il a perdu tout intérêt pour moi, avec cette personnalité superficielle que tout le monde aime. Je n'ai rien tiré d'Andy Warhol mais je chéris ces premières années avant qu'il devienne Andy Warhol. Je n'ai pas de respect pour la célébrité.
Retour haut de page