Rencontres internationales photographiques d'Arles 2009 >

Leigh Ledare - çà me touche - Atelier de Mécanique

Version mobile
English

Leigh Ledare - çà me touche - Atelier de Mécanique

...par Leigh Ledare

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Bienvenue à l'Atelier Mécanique
Ce lieu comporte plusieurs expositions présentées successivement. Vous pouvez, à tout moment, utiliser les touches 9 pour avancer vers le témoignage d'un autre photographe et 7 pour revenir en arrière.
3 sec de silence
Atelier de mécanique
Leigh Ledare
Faire semblant d'être en vie (pretend you're acutally alive), le titre de cette exposition donne le ton. Leigh Ledare présente un documentaire troublant, dérangeant, car il concerne sa propre mère et les rapports qu'ils entretiennent ensemble. Ancienne ballerine vouée à la réussite, elle commence à 50 ans une carrière de strip-teaseuse et affiche une sexualité affirmée. Relation artiste/muse, mère/fils, peur du vieillissement, ce travail révèle en fait beaucoup plus d'interrogations subtiles qu'il ne choque. C'est aussi un portrait intense, qui montre toute la valeur artistique de Leigh Ledare.
Leigh Ledare. homme GB
J'ai commencé ces photographies en vacances chez ma mère que je n'avais pas vue depuis presque un an alors que je lui téléphone régulièrement. Elle venait de commencer un travail de stripteaseuse dans un club près de chez mes grands parents. A l'époque elle avait 51 ans et elle le faisait pour rencontrer un bienfaiteur et aussi parce qu'elle s'amusait à le faire. C'était une façon de nier le fait qu'elle prenait de l'âge, mais aussi elle se rebellait contre mon grand père et ses idées de bienséance. Je l'ai interrogée un jour, et il y a eu cette réflexion sur la nature de notre relation qui se retrouve dans une dynamique d'artiste et de sa muse, mais ce qui était absent de la discussion était notre relation de mère et fils. Alors elle a choisi de voir ce qu'elle voulait.
Je crois qu'il y a un élément qui marche bien dans ce livre et qui est très important pour l'analyse de ma mère comme sujet et cet élément est son habileté à jouer tous ces rôles différents...mère, actrice pornographique, jeune ballerine plein de rêves, une femme qui a connu des jours meilleurs. Elle peut jouer tous ces rôles et le moment de déconnexion est quand tous se rassemblent mais sont impossible à réconcilier.
Le livre s'est formé d'une façon plutôt organique. Je le vois comme deux maturités, la mienne en tant qu'artiste et celle de ma mère. Au départ je travaillais intuitivement sur les situations dans lesquelles je me retrouvais avec elle. Par exemple, le tout premier jour de ce projet, -projet n'est peut-être pas le bon mot, ce n'est pas un projet, c'est ma vie- ...je suis arrivé à Seattle et j'ai tapé à sa porte. Nous avions rendez vous pour boire un café et refaire le monde après tant de temps passé loin l'un de l'autre. Elle a ouvert la porte et elle était nue. Elle m'a demandé de la suivre dans sa chambre pendant qu'elle s'habillait et à mi-chemin dans le couloir elle s'est mise à parler d'un jeune homme de 22 ans avec lequel elle avait passé la nuit, il avait donc un an de moins que moi à l'époque. C'est à ce moment précis que j'ai commencé à utiliser l'appareil photo comme un outil de distanciation, un moyen de gérer la situation.
Je crois que dans tout mon travail on trouve une fixation sur les relations psychologiques. C'est pour moi une investigation de ces situations et un effort pour trouver une perception de la nature compliquée de ces échanges et de ces relations.
Retour haut de page