Rencontres internationales photographiques d'Arles 2009 >

Anders Petersen - çà me touche - Atelier de mécanique

Version mobile
English

Anders Petersen - çà me touche - Atelier de mécanique

Atelier de mécanique - çà me touche - Anders Petersen

Partager sur Twitter Partager sur Facebook Envoyer par e-mail
Atelier de mécanique
Anders Petersen
Anders Petersen s'est longtemps intéressé à des lieux d'enfermement. Prison, maison de retraite, asile psychiatriques. Mais il n'y a aucun voyeurisme dans ce parcours qui a influencé de nombreux jeunes photographes.
Ce qu'il cherche dans ces expériences à risque ? Lui-même. Comme un autoportrait en creux. Avec humour, il dit : " cela m'a aidé d'être petit et timide ". Anders Petersen n'observe pas pour analyser, mais pour ressentir. Ses rencontres sont plus importantes que ses images.
Andres Petersen homme GB
Je cherchais ma propre identité et j'ai photographié des gens auxquels je pouvais m'identifier. C'est très simple. C'est un tremplin pour rencontrer des gens...une façon de mieux se connaitre et de connaitre le monde et les autres. Tout part de ce point...puis on peut fabriquer une situation favovable aux prises de vue. Mais ce n'est pas totalement vrai car 90% de mon travail fonctionne ainsi, tandis que 10% sont des instantanés. Je ne cherche pas les gens marginaux mais des gens auxquels je m'identifie.
Pour faire des photos je suis obligé de mettre un pied dans la situation et l'autre en dehors. Et trouver cet équilibre est toujours un challenge et c'est très important, car si on ne le trouve pas on ne peut pas prendre des photos. Je ne suis pas doué pour le faire et la plupart du temps je fais une erreur et je me retrouve avec les deux pieds dans la situation et je ne peux plus prendre de photos. Je m'implique trop émotionnellement. C'est bien d'être innocent comme un enfant qui voit le monde pour la première fois, même si on connaît déjà bien le sujet. C'est bien d'être capable de faire ça. Je ne dis pas que c'est mon cas, mais c'est une vision. Pour moi le plus important c'est les émotions, être primitif, chercher des choses ou soi-même...avec un besoin pressant. La réalité est trompeuse...si on a faim par exemple, une pomme peut être fantastique et vous la regardez d'une manière spéciale, mais si on n'a pas faim on n'en a rien à faire. Ce n'est pas intellectuel, c'est un besoin primitif.
Retour haut de page